Saint-André : Ingrid Varon et Mohamed Absoir unis pour célébrer la femme

culture
Varon, Absoir deux artistes
Pour la journée de la femme, la salle Guy-Alphonsine s’ouvre aux poésies d’Ingrid Varon et de Mohamed Absoir. Ces deux artistes originaires de La Réunion et des Comores unissent leurs textes pour rendre hommage aux femmes de leurs pays.
Samedi soir, un spectacle original est à l’affiche de la salle Guy-Alphonsine pour célébrer la journée de la femme. Certes, historiquement le 8 Mars a été retenu par Lénine pour se souvenir des femmes qui avaient manifesté à Pétrograd le 8 Mars 1917, date officielle du début de la révolution russe. Le temps a fait son oeuvre, Ingrid Varon et Mohamed Absoir proposent un spectacle très éloigné de ces considérations politiques. Au coeur de leurs poèmes, leurs grand-mères, leurs mères, leurs soeurs, leurs cousines, leurs voisines… toutes ces femmes invisibles que l’on croise pourtant tous les jours dans nos rues.
Grâce au rap et au slam, les deux artistes ont découvert la puissance de l’écriture. Le thème central de central est la prostitution. Aucune facette de cette réalité n’échappe aux auteurs : maternité, éducation, religion, travail, difficultés financières, à vieillir…
 
Deux cultures s’unissent
 
Ingrid Varon redécouvre sa langue et la créolité à 17 ans lors d’un stage avec l’UDIR (Union pour la défense de l’identité réunionnaise). Cette expérience lui permet de prendre conscience des richesses du Maloya, du chant et de sa langue créole.
Mohamed Absoir est, lui, originaire des Comores. Il aime la poésie depuis toujours et se lance naturellement dans le slam en entendant Grand-Corps-Malade. En 2008, il monte dans son île natale le groupe : « Les slameurs de la lune », une formation qui lui permet de se perfectionner et de se faire un nom.
En 2010, il est remarqué par l’équipe de la Slamlakour. D’expériences en prestations, l’artiste redécouvre le « Gnandu » forme ancienne de poésie comorienne. Comme Ingrid Varon, Mohamed Absoir s’est intéressé à la culture urbaine avant de se tourner vers ses traditions. Comme une évidence les deux artistes se sont associés pour livrer un spectacle où poésie, chant, rap, slam se télescopent. Ils seront accompagnés par le groupe Bann-Zanfan-Lamour. A voir, découvrir ou redécouvrir Salle Guy-Alphonsine, samedi soir à partir de 19 heures.