Assises : Mario Leste, assassin de Patrick Saminadin, change sa version des faits

justice
Assises
©Réunion 1ère
La version, d’un meurtre accidentel présentée par Mario Leste, a été mise à mal lors de la première journée d’audience devant les assises. L’assassin présumé de Patrick Saminadin a tiré à bout portant avec un 44 magnum qu’il est allé chercher chez lui.
Cette seconde journée du procès de Mario Leste, assassin présumé de Patrick Saminadin, débute par les rapports d’expertises des psychologues et des psychiatres. D’après les témoins de Rivière-du-Mât-les-Bas venus devant la barre de la cour d’assises ce mercredi 2 Avril 2014, l’accusé jouait au caïd. Condamné à onze reprises pour des violences ou des menaces avec arme, le quadragénaire  ne se contentait pas que de ses muscles pour obtenir gain de cause. Sa propre épouse, mère de ses quatre enfants, a souligné que le prévenu lui faisait peur et l’avait menacé avec un fusil à pompe.
Le 18 Février 2012 au soir,  en refusant de passer sa guitare au prévenu, la victime a signé son arrêt de mort. Mario Leste a été touché dans son orgueil. Pour ne pas perdre la face, il est rentré à son domicile, a pris son revolver 44 magnum, puis est revenu sur place.
 
La thèse accidentelle
 
Pressé de questions par l’accusation, le président du tribunal et la partie civile, Mario Leste affirme s’être armé par peur.
« Pourquoi êtes vous revenu devant le bar ? », interroge l’avocat général.
« Pour voir… », Répond le gros bras.
Cette phrase est un aveu pour la partie adverse. La version accidentelle du prévenu tient de moins en moins. Le spécialiste des armes interrogé par le tribunal ne croit pas à un tir involontaire.
La première journée de ce procès à donc été négative pour Mario Leste. La famille de sa victime a fait le déplacement en nombre jusqu’à la cour d’assises. Des posters de Patrick Saminadin en main et revêtus d’un  tee-shirt blanc, les proches ont voulu profiter de ce premier jour devant les assises pour rendre hommage à l’ancien bassiste du groupe Zéltwal katrer.
Reportage d'Ali Hakime et Thierry Chenayer
ALIHAKIME-THIERRYCHENAYER

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live