publicité

La grève à la Cilam est suspendue, en revanche elle continue à la Cotram, sa filiale

Huit jours de grève pour rien ! Devant ce constat, les salariés ont décidé de mettre fin à leur action et de reprendre le travail. Ils attendent de négocier avec la direction lors du comité d’établissement au cours, il sera question la prime demandée.

Direction et grévistes se retrouveront à la fin du mois. Pour le moment, les responsables syndicaux et les salariés en grève ont suspendu le mouvement © Pierre Gault (Réunion 1ère)
© Pierre Gault (Réunion 1ère) Direction et grévistes se retrouveront à la fin du mois. Pour le moment, les responsables syndicaux et les salariés en grève ont suspendu le mouvement
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le
Patronnât et représentants syndicaux se sont retrouvés, mardi à la table des négociations dans les locaux de la direction du travail à Saint-Denis. Ce face à face organisé par le conciliateur de la DIECCTE (Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi de La Réunion) a duré 6 heures, pour s’achever sur un constat d’échec.
La direction de la Cilam a accepté le principe de discuter d’une prime à l’occasion des 50 ans de la société, une prime versée à tous les employés. En revanche, elle refuse d’entamer des négociations concernant les autres revendications : revalorisation des salaires de 100 Euros, une prime exceptionnelle de 500 Euros pour les personnels médaillés du travail, la reconnaissance de l’unité économique et sociale ainsi que la mise en place de comité de groupe.
 
La grève continue à la Sotram-Cotram, une  filiale de la Cilam
 
L’avenir de ce conflit est suspendu aux décisions de la direction fin juillet. En revanche, les patrons de la Cilam doivent faire face à un autre conflit social à la Sotram-Cotram, une filiale. Chargée de la logistique, cette société de transport, installée à l’Etang-Salé, est paralysée depuis une semaine par un mouvement de grève. Comme au siège de la Cilam à Saint-Pierre, les salariés avaient bloqué l’entrée  des entrepôts avec des chaînes et des cadenas. Là aussi, le juge a ordonné, la levée du blocus et a demandé aux grévistes de libérer le passage. Pour autant, le conflit n’est pas encore terminé. Comme à la Cilam, les représentants syndicaux demandent une prime pour les salariés et une revalorisation des salaires.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play