Case prison pour les présumés empoisonneurs

faits divers
Affaire Eric Samy
©Réunion1ère
La justice semble voir le bout du tunnel dans l'affaire Eric Samy. Qualifié de naturel, le décès du sainte-marien de 50 ans s’avère être un empoisonnement. Soupçonnés d’être à l’origine du drame, l’amant et l’épouse de la victime ont été mis en examen pour empoisonnement avec préméditation.
L’histoire débute l’an dernier. Le 20 novembre 2013, Eric Samy, chef d’une entreprise spécialisé dans le béton décède brutalement d’un malaise. Ne constatant aucune trace suspecte sur le corps, le médecin conclut à un arrêt cardio-respiratoire.   
 
Pour la famille sa mort reste suspecte. Certains réclament une autopsie, d’autres veulent que l’on respecte le corps du défunt. En février dernier, les deux filles de la victime reçoivent un appel anonyme. Il vient renforcer le mystère autour de ce drame. Elles déposent alors une plainte à la gendarmerie. Une information judiciaire pour meurtre est ouverte.  Le 17 Juin 2014 le corps du défunt est exhumé. Une autopsie est réalisée et les analyses révèlent que le quinquagénaire a été empoisonné.

Empoissonné pour son argent 

Les indices découverts par les enquêteurs désignent comme principaux suspects : Marlène Oulédi, la seconde épouse d’Eric avec laquelle il s’était marié en 2009, et l’ex-amant de Marlène qui exerce comme sorcier. Tous deux ont été interrogés et placés en garde à vue ce mardi 29 Juillet.  Même si elle ne reconnaît pas les faits, la veuve aurait empoisonné son mari. Dans son viseur, l’héritage de ses biens. Ce dernier percevait des revenus convenables et disposait de biens immobiliers. Par ailleurs, il avait aussi modifié son testament et légué 50% de son capital et de son patrimoine à son épouse.
Finalement, les amants ont été rattrapés par la justice. 

Henri-Claude Elma et Daniel Fontaine retracent l'historique de cette affaire