publicité

Mont-Vert-les-Hauts : le meurtrier présumé avoue ! Sa mère reste suspecte

La cavale de René Joie aura durée un peu plus de 24 heures. Interpellé sur la plage de Grand-Anse, il a immédiatement été placé en garde à vue. Là, le meurtrier présumé, âgé de 36 ans, est passé aux aveux. La seule zone d’ombre de ce dossier est le rôle de sa mère.

© Réunion 1ère
© Réunion 1ère
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le
René Joie, 36 ans, meurtrier présumé d’Expédit Taurobeaulion a été interpellé sur la plage de Grand-Anse. Son scooter noir et vert fluo a été repéré par les gendarmes de Petite-Ile. Les policiers de la criminelle l’ont arrêté sans la moindre difficulté. Placé en garde à vue à son arrivée au commissariat, il a reconnu les faits.
 
Cependant, des zones d’ombre persistes quand au rôle de la mère. Il est établi qu’elle était l’amie intime de la victime et pas seulement la colocataire. Elle aurait expliqué aux inspecteurs avoir fourni le couteau à son fils, alors qu’il venait de lui révéler ses intentions. Cette phrase rapportée par les journalistes présents dans les hauts de Saint-Pierre mardi matin, a besoin d’être éclaircie.

La version de la mère reste incohérente
 
De plus, la version de Marie-Laure Grenier ne cadre pas vraiment avec les constatations du médecin légiste. Des traces suspectes ont été relevées par les spécialistes de la police scientifique. D’où les interrogations du parquet.
 
L’interpellation de René joie donne un coup d’accélérateur à la résolution du meurtre d’Expédit Taurobeaulion. Inspecteurs et procureur n’obtiendront pas toutes les réponses avant la fin de la semaine. Mais la mise en examen du suspect principal, voir de sa mère, et l’ouverture d’une information judiciaire ne font pas de doute. Le juge d’instruction, désigné par le parquet, disposera lui du temps nécessaire pour rassembler et ordonner les éléments du puzzle.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play