publicité

Un Réunionnais intègre science-po grâce à la prépa publique de Marne-la-Vallée

Prendre l’ascenseur social sans argent depuis l’île de La Réunion est encore possible, explique valentin dans Le Monde. L’étudiant réunionnais vient de terminer avec succès Science-Po après un passage dans une classe préparatoire, gratuite, de l’université de Marne-la-Vallée.

© Wikipédia
© Wikipédia
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le
Ce simple article doit redonner de l’espoir à tous les étudiants réunionnais qui n’ont pas les moyens d’intégrer une école privée. Le 3 Mars 2015, Le Monde s'est intéressé à un étudiant originaire de La Réunion qui raconte brièvement son parcours. Valentin a toujours voulu travailler dans l’administration : « J’ai mis du temps à trouver ces classes, publiques et quasiment gratuites, proposées par l’université de Marne-La-Vallée, où je me suis inscrit. Elles consistent en deux jours par semaine à la fac, en première année de licence de sciences humaines et sociales, et deux jours de prépa aux concours des instituts d’études politiques (IEP) de province dans deux lycées de Seine-Saint-Denis ».

L’Etat doit investir !

Certes la charge de travail est élevée et l’étudiant doit être motivé pour ingérer toutes les matières imposées lors des douze heures de cours distillées  en deux jours par semaine, cependant précise Valentin dans l'article : « Les enseignants sont expérimentés et m’ont donné des conseils précis pour préparer les concours. Ils avaient du temps à consacrer à chacun de nous ».
Au final, l'élève se réjouit de sa réussite, grâce à cette classe préparatoire gratuite, elle a intégré et réussi Science Po ce qui l’amène à conclure : « les notions de méritocratie et d’égalité des chances retrouvent du sens. S’il y a bien un dispositif dans lequel l’Etat doit investir, c’est celui-ci ».

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.
Cela ne vous prendra que quelques minutes.

Je participe à l'enquête