réunion
info locale

Large victoire d’une droite unie face à une gauche divisée

élections départementales
vote urne bulletin
©Réunion 1ère
C’est une véritable vague bleue qui a déferlé sur la Réunion. La majorité gouvernementale se retrouve battue et ne compte plus que 6 élus au Palais de la Source contre 10 précédemment.
Avec d’abord l’élection dés le 1er tour de la présidente sortante du conseil général, Nassimah Dindar et de son binôme Serge Hoarau, l’Union de la droite s’impose, lors du second tour, en remportant 15 autres cantons. Elle confirme sa position notamment sur des terres qui lui sont traditionnellement acquises telles que Saint-Pierre, Saint-André ou encore Saint-Paul, mais pas seulement.
 
A Saint-Denis, c’est un véritable revers pour Gilbert Annette. Dans le fief du maire, la " plateforme " enlève 3 cantons sur 4 et parvient même à faire basculer le Chaudron, bastion socialiste. Le premier secrétaire fédéral du PS a senti le vent du boulet. Philippe Le Constant parvient de justesse à sauver le vaste canton de Saint Benoit 2, jusque là clairement acquis à la gauche.
 
Face à un tel raz de marée, les autres partis peinent à maintenir la tête hors de l’eau. A La Possession, le binôme Philippe Robert, fils de l’ancien maire Roland Robert, et Anne-Flore Deveaux, permet au PCR de réaffirmer sa présence dans une commune récemment perdue, après plus de 40 ans de règne. Un PCR qui voit cependant son influence s’effriter un peu plus encore dans la ville voisine du Port remportée par le PLR aux dernières élections municipales. Mais si le PLR confirme ainsi sa position au Port, il ne parvient pas à convaincre au-delà de ce territoire, un peu à l’image du LPA qui ne réussit pas à sortir de Saint-Leu.
 
Autre victoire, celle des « enfants de ». Comme Philippe Robert à La Possession, Sandra Sinimalé sur le canton de Saint-Paul 2, Jean-Marie Virapoullé à Saint-André 2 ou encore Rémy Lagourgue à Sainte-Marie marchent sur les traces de leurs pères et obtiennent leur sésame pour le Palais de la Source.
 
Au final, on comptera donc dans l’hémicycle départemental 32 élus de l’Union de la droite, 6 conseillers socialistes, 4 communistes, 2 élus du PLR, 2 élus du LPA et enfin 4 sans étiquette.
 
Nassimah Dindar a d’ores et déjà confirmé, au soir du second tour, sur le plateau de Réunion 1ère, qu’elle serait candidate à la présidence du département. Il faudra cependant attendre le vote qui se déroulera jeudi 2 avril pour savoir si elle conservera ou non son fauteuil.

Revoir le live du second tour des élections départementales
Publicité