Saint-André : fin de cavale pour le tireur de l’Oasis

faits divers
Oasis Saint-André
©Réunion 1ère
Ludovic Fétisoi, 36 ans, marié et père de trois enfants, est en garde à vue au commissariat de Saint-André. Il est suspecté d’avoir tiré sur un jeune de 17 ans, dimanche vers 19h30. La victime, gravement blessée, est toujours hospitalisée dans un état préoccupant.
Après trois jours de cavale, Ludovic Fétisoi, 36 ans, a finalement été placé en garde à vue au commissariat de Saint-André.
Dimanche vers 19h30, le père de famille, domicilié dans la cité de l’Oasis, a tiré avec un fusil de chasse sur un jeune de 17 ans. Touché à l’abdomen, l’adolescent est toujours hospitalisé au CHD de Bellepierre dans un état très préoccupant.
L’audition du tireur présumé devrait permettre de mieux comprendre l’origine de cette tentative de meurtre.
 
Le tireur est le seul coupable
 
Deux versions s’opposent. Selon la famille de la victime, le gardé à vue est l'unique responsable de ce dérapage. Il aurait agressé le mineur dimanche après-midi, alors que celui-ci circulait tranquillement sur son deux-roues dans la Cressonnière. Un face à face tendu et incompréhensible, l’adulte et l’adolescent étant très proches.
C’est donc, sans arme et sans mauvaises intentions que le jeune homme se serait rendu au domicile de son adversaire le soir venu. La demande d’explication aurait eu lieu dans le calme avant que Fétisoi ressorte de son domicile armé de son fusil de chasse et tire.
 
Le tireur voulait se défendre
 
Pour les amis du père de famille, les faits sont très différents. Le mineur était accompagné d’une trentaine de « dalons », ils étaient armés et voulaient en découdre. La future victime aurait donné plusieurs coups de barre de fer à Ludovic Fétisoi lors d’un premier affrontement. C’est donc par peur, que le père de famille aurait saisi son fusil et tiré. Un acte d’autodéfense justifié par les coups et le nombre d’assaillants.
 
Impossible de savoir qu’elle est la vérité entre ces deux versions. Les inspecteurs de la crime et la justice vont s’appuyer sur les relevés scientifiques pour démêler le vrai du faux afin de déterminer les responsabilités dans ce dossier criminel.