A La Réunion, une rentrée scolaire le 14 mai inquiète syndicats et parents d’élèves

coronavirus
La rentrée scolaire a eu lieu ce vendredi 16 août à La Réunion.
La rentrée scolaire a eu lieu ce vendredi 16 août à La Réunion. ©IMAZ PRESS
Le ministre de l’Education a détaillé une rentrée progressive à partir du 11 mai dans l’Hexagone. A La Réunion, la rentrée pourrait se faire après les vacances, le 14 mai, mais elle inquiète syndicats et parents d’élèves.
A La Réunion, les marmailles vont-ils retourner à l’école le 14 mai prochain, après leurs vacances scolaires ? Le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, a expliqué que la rentrée serait progressive à partir du 11 mai, dans les écoles, collèges et lycées. De quoi susciter doutes et inquiétudes dans l’île.

Regardez les réactions sur Réunion La 1ère : 
La rentrée progressive à partir du 14 mai, écoutez les réactions :
 

Quelle sécurité sanitaire ?

Chez les enseignants, le SNALC s’interroge sur la "sécurité sanitaire dans les transports, les cantines et les salles de classes". Selon le ministre, il devrait y avoir une partie des élèves en présentiels et l’autre à distance. "C’est intenable pour une famille qui a plusieurs enfants et puis les collègues enseignants ne pourront pas assurer les deux", prévient le SNALC Réunion.

Pour Joël de Palmas, secrétaire général adjoint de la CGTR Educ’action, "il ne faut pas se précipiter".
 

Pour l’instant, la rentrée est difficilement faisable. Il reste trop de questions sans réponse, comme celle des transports scolaires. Comme faire respecter les gestes barrières aux enfants dans le bus ? Quel matériel de protection ? Y aura-t-il des masques pour tout le monde le 14 mai ? Est-ce que les salles de classe seront désinfectées ?


Regardez l'interview sur Réunion La1ère : 
 

Poursuivre le travail à distance

Même inquiétude du côté des parents d’élèves à La Réunion. Selon le président de la PEEP, James Huet, "une rentrée le 14 mai avec 15 élèves en classe, c’est non ! Maximum : 10 élèves, avec des enfants, du personnel et des enseignants protégés". La PEEP milite en revanche pour une reprise des élèves déconnectés, faute de réseau ou de matériel informatique. "Il faut gommer ces inégalités et il faut que ces élèves puissent faire leur rentrée le 14 mai. Pour les autres, il faudra poursuivre le travail connecté en non présentiel", assure James Huet.  

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :  

"Pas de rentrée le 14 mai"

De son côté, la FCPE estime qu’une rentrée le 14 mai serait une "précipitation et la transformation de l’école en garderie". Elle assure que "l’année scolaire est terminée" et qu’en "deux semaines, les conditions de sécurité ne seront jamais réunies pour une reprise". "Nous ne sommes pas d’accord, il n’y aura pas de rentrée scolaire à La Réunion, le 14 mai". Les discussions entre les parents d’élèves et le rectorat se poursuivent dans l’île.
 

Rentrée progressive

Le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, souhaite une rentrée progressive. La première semaine concernerait les élèves de grande section de maternelle, de CP et de CM2; la deuxième semaine ceux de Sixième, Troisième, Première et Terminale ainsi que les ateliers industriels en lycée professionnel, avant une reprise de l'ensemble des élèves la troisième semaine, avec des groupes ne dépassant pas 15 élèves.

Il s'agit de "grands principes", mais il y aura "beaucoup de souplesse locale", a insisté le ministre. Si une famille ne veut pas envoyer son enfant à l'école, ce sera possible mais dans ce cas, il aura l'obligation de suivre l'enseignement à distance.
 

Décrochage scolaire

Le ministre de l'Education a précisé que depuis le début du confinement, le décrochage scolaire est plus élevé dans les Outre-mer que dans l'Hexagone : "entre 15 et 25% de décrochage scolaire Outre-mer, là où nous réussissons à être à 4% en métropole".