réunion
info locale

Addiction des jeunes aux écrans, que faire ?

santé
Addiction aux écrans jeux videos 021119
©Réunion la 1ère
" Gaming desorder " ou addiction aux jeux vidéos, vous connaissez ? Depuis un an et demi, elle est reconnue comme une maladie par l’Organisation Mondiale de la Santé. Plus largement, l’addiction aux écrans touche les enfants, les ados et les adultes. Mais comment l’éviter ?
Les écrans sont désormais omniprésents dans notre quotidien. Si la télévision a été le premier d’entre eux, désormais les smartphones ont pris le dessus, suivi des tablettes ou encore des ordinateurs. Difficile d’y échapper, alors comment éviter d’en être addict ?
 
Addiction aux écrans jeux videos 021119
©Réunion la 1ère


Mal de notre société ?

Pour le Dr Olivier REvol, pédopsychiatre et chef de service au CHU de Lyon, l’exposition aux écrans est une réalité. Ce n’est pas forcément plus grave que d’autres phénomènes passés, à conditions que des limites éducatives soient mises pour que l’addiction aux écrans ne vienne pas prendre la place de tout le reste.
 

" Il y a danger à partir du moment où l’écran vient prendre la place de quelque chose de fondamental pour l’enfant, c’est-à-dire sa vie sociale, sa vie familiale et sa vie scolaire ", Dr Olivier Revol.


Entretien réalisé par Thierry Chapuis.
©Reunion la 1ère
 

Quand est-on addict ? Et que faire ?

Pour le Dr Olivier Revol, il y a un problème à partir du moment où l’enfant, ou l’adolescent, voire l’adulte, délaisse ou abandonne quelque chose qui le passionnait, comme un sport ou une activité de loisir ou les rencontres avec ses amis, parce qu’il est enfermé sur les écrans et qu’il ne peut pas en sortir.  

Les parents doivent ainsi rester vigilants aux comportements de leurs enfants et prendre des mesures, parfois simples. Instaurer des moments réservés aux jeux vidéos, comme le week-end, et dialoguer avec les enfants en font partie.
 
Addiction aux écrans jeux videos 021119
©Réunion la 1ère
Le débat dur l’exposition excessive aux écrans est toujours d’actualité. De nombreuses études, parfois alarmistes, parfois modérées, ont été publiées, mais quoiqu’il en soit il ne faut pas hésiter à consulter en cas d’inquiétude.
 
Publicité