publicité

Au Lazaret, un hommage rendu aux ancêtres engagés de La Réunion

Sur le site symbolique du Lazaret à la Grande Chaloupe, à la Possession, un hommage a été rendu ce dimanche 11 novembre aux ancêtres engagés de La Réunion. Les engagés sont les 160 000 travailleurs indiens, africains, ou rodriguais arrivés sur l'île après l'abolition de l'esclavage.

Au Lazaret, un hommage rendu aux ancêtres engagées de La Réunion. © Nathalie Rougeau
© Nathalie Rougeau Au Lazaret, un hommage rendu aux ancêtres engagées de La Réunion.
  • LP / Nathalie Rougeau
  • Publié le , mis à jour le
Prières, danses, chants, incantations : ils étaient des dizaines ce dimanche matin à rendre hommage aux ancêtres engagés de La Réunion. De nombreuses fleurs ont été jetées à la mer sur le site du Lazaret à la Possession. 
Au Lazaret, un hommage rendu aux ancêtres engagées de La Réunion. © Nathalie Rougeau
© Nathalie Rougeau Au Lazaret, un hommage rendu aux ancêtres engagées de La Réunion.

Regardez le reportage de Nathalie Rougeau et Willy Fontaine : 
Hommage au Lazaret

 

160 000 engagés

Entre 1830 et 1936, près de 160 000 engagés sont arrivés à La Réunion. Arrivés d’Inde, d’Afrique, de Rodrigues ou encore de Chine, ils venaient travailler dans les champs de cannes à sucre de l’île. Pour eux, le site du Lazaret à la Grande Chaloupe était un passage obligé. C’est là qu’ils séjournaient avant d’être envoyés dans les plantations. A l’époque, les maladies venues de l’extérieur, telles que la peste ou le choléra, étaient redoutées, alors tous ces engagés étaient placés en quarantaine au Lazaret.
Deux soeurs et leur mère, descendantes d'engagés rodriguais arrivés en 1933. © Nathalie Rougeau
© Nathalie Rougeau Deux soeurs et leur mère, descendantes d'engagés rodriguais arrivés en 1933.


"Accepter l'Histoire"

"Nos âmes doivent s’élever, il faut accepter l’Histoire", disait ce dimanche matin, une descendante d’engagés rodriguais venue participer à cet hommage. "Nos ancêtres ont beaucoup souffert. Même si l’esclavage était aboli, l’engagisme était proche du servage". Sur les propriétés, dans les champs de cannes, les promesses et l’espoir laissaient souvent place à la désillusion et aux souffrances.

Regardez le reportage de Nathalie Rougeau et Willy Fontaine : 
Rencontre avec les descendants d'engagés
 
© Willy Fontaine
© Willy Fontaine
 

Devoir de transmission

Parmi les 160 000 engagés de La Réunion, 120 000 étaient indiens. "Pour nous c’est une date symbolique, importante qui signe la fin de l’engagisme, explique Jean-Luc Amaravadyr, Président de la Fédération Tamoul de La Réunion. Cet hommage est notre façon de dire merci à toutes ces personnes. Nous avons un devoir de transmission, d’informer notre jeunesse pour ne pas oublier les ancêtres".

A La Réunion, le site du Lazaret, symbole de la période de l’engagisme est protégé au titre des monuments historiques depuis 1998.
 
Au Lazaret, un hommage rendu aux ancêtres engagées de La Réunion. © Willy Fontaine
© Willy Fontaine Au Lazaret, un hommage rendu aux ancêtres engagées de La Réunion.

 

Sur le même thème

  • histoire

    Saint-Paul : inauguration du cimetière des esclaves découvert par Gamède

    Le cimetière des esclaves mis au jour par le cyclone Gamède en 2007 a été officiellement inauguré, ce vendredi 10 mai 2019. Cette matinée s'inscrit dans le cadre de la journée nationale des mémoires de la traite et de l'esclavage et de leurs abolitions.

  • histoire

    Armistice 1918 : ambiance festive à La Réunion

    Un siècle après la fin de la Première Guerre mondiale, l’Armistice sera commémoré avec plus de faste que d’habitude, ce dimanche. L’occasion de revenir sur le contexte réunionnais en 14-18, avec Rachel Mnémosyne-Fèvre, professeure d'histoire, invitée de la matinale sur La 1ère radio.
     

  • histoire

    Les journées de l'Engagisme à La Réunion

     Le conseil départemental de La Réunion organise 3 journées de réflexion avec des spécialistes venus de la planète du 8 au 11 novembre 2018. Ces journées s’inscrivent dans le cadre de la commémoration de l’arrivée des premiers "engagés du sucre" en 1828. L’esclavage n'était pas encore aboli.

     

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play