Aucune éruption, faible sismicité, arrêt de l’inflation : le Piton de la Fournaise est resté calme en mai

environnement
Le Piton de la Fournaise.
Le Piton de la Fournaise. ©Imaz Press
Ce mois de mai 2020 a été particulièrement calme au Piton de la Fournaise où il n’y a pas eu d’éruption. Dans un communiqué, l’Observatoire volcanologique remarque un arrêt de l’inflation, une faible sismicité et une diminution des flux de CO2 dans le sol.
En mai, le Piton de la Fournaise est lui aussi resté confiné à La Réunion. Aucune éruption n’a eu lieu et son activité a été particulièrement calme.
 

Faible sismicité

Dans un communiqué l’OVPF, l’Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise, remarque que la sismicité a été faible en mai, avec moins d’un séisme par jour enregistré sous les cratères sommitaux.

Précisément, l’observatoire a enregistré « 18 séismes volcano-tectoniques superficiels (0 à 2,5 km de profondeur) sous les cratères sommitaux ; deux séismes profonds (2,5 à 5 km de profondeur) ; 202 effondrements (dans le Cratère Dolomieu et au niveau des remparts de l’Enclos Fouqué et de la Rivière de l’Est) ».
  

Arrêt de l’inflation

Par ailleurs, l’inflation de l’édifice s’est aussi arrêtée. « Le gonflement avait repris à la fin de l’éruption du 2-6 avril 2020 et il s’est finalement arrêté fin avril. Depuis une très légère déflation est enregistrée », remarque l’Observatoire volcanologique qui explique que « la réalimentation en magma et la pressurisation du réservoir magmatique superficiel qui avaient repris suite à la fin de l’éruption du 2-6 avril a cessé fin avril ».
 

Déjà des phases d’accalmie dans le passé

L’Observatoire rappelle que « depuis 2016, les réalimentations du réservoir magmatique superficiel sous le Piton de la Fournaise se font par impulsions, ainsi de telles phases d’accalmie dans les déformations et la sismicité ont déjà été observées à plusieurs reprises entre 2016 et 2019 sur des périodes allant de 15 à 80 jours environ ».
 

Concentration en CO2 dans le sol

L’Observatoire volcanologique remarque également une concentration en CO2 dans le sol. « Avant l’éruption du 2-6 avril 2020, le flux de CO2 dans le sol a augmenté de manière significative, et a atteint les valeurs les plus élevées les deux semaines suivant l'éruption, explique l’OVPF. Depuis le 21 avril, le réseau enregistre une diminution continue des émissions de CO2 dans le sol ».
 

Crise sismo-volcanique à Mayotte

Par ailleurs, au mois de mai, l’OVPF a enregistré au niveau local et régional, « 53 séismes locaux (dans un rayon de 200 km de l’île, majoritairement sous l’île, côté massif du Piton des Neiges), trois séismes régionaux (dans la zone océan indien) ».

Le REseau de surveillance VOlcanologique et SIsmologique de MAyotte (REVOSIMA) est la structure en charge de la surveillance de l'activité volcanique et sismique de la région de Mayotte.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live