Bichiques : une interdiction de pêche pour protéger le caviar réunionnais

pêche
Bichiques 16/9
La nouvelle réglementation va interdire la pêche des bichiques pendant 7 mois, de mars à septembre. ©Willy Fontaine

De plus en plus rares dans les embouchures des rivières, les alevins sont menacés de disparaître. La conséquence d'une pêche excessive. Pour protéger les bichiques, l'Etat planche sur une nouvelle réglementation avec en point phare l'interdiction stricte de pêcher de mars à septembre.   

Plat traditionnel par excellence, le cari de bichiques est menacé à La Réunion. Depluis plusieurs années, les chercheurs ont constaté une diminution des stocks. Un phénomène directement lié à une surconsommation, mais surtout à une pêche excessive ne permettant pas la reconstitution des populations adultes. 

Plusieurs expériences ont été menées pour tenter de réguler les flux. En vain. Les outils développés n'ont pas été suffisament efficaces pour protéger les deux espèces connues de cabots bouche-ronde à La Réunion : le Sicyopterus lagocephalus (répartition zone indo-pacifique) et le Cotylopus acutipinnis (endémique Mascareignes).

Bichiques Embouchure de la rivière des Marsouins 131220
La pêche excessive a entraîné une nette diminution des stocks, mais plus grave : la fragilisation des espèces, menacées de disparition. ©Willy Fontaine

 

L'espèce endémique des Mascareignes, la "bichique fine" est même en voie d'extinction selon les scientifiques, les gestionnaires des milieux aquatiques et les pêcheurs professionnels. 

Le groupe technique créé en 2013 pour mettre en conformité les méthodes et lieux de pêches a abouti trois ans plus tard à un consensus sur le site de la rivière du Mât, mais le travail à mener est encore long. Et surtout, disproportionné par rapport au rythme de reproduction des bichiques. 

 

Une fermeture de 7 mois contre 15 jours actuellement

 

L'an dernier, les services de l’État (Direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement – DEAL et la Direction de la mer sud océan Indien – DMSOI) ont travaillé avec la brigade nature océan Indien (BNOI), la Fédération de pêche en eau douce (FDAAPPMA) et le Comité régional des pêches maritimes (CRPMEM), pour établir de nouvelles mesures d’encadrement de la pêche des bichiques. L'objectit partagé par tous est clair: mieux maîtriser cette activité.

Actuellement la période de restriction ne dure que 15 jours lors de la nouvelle lune du mois de mars. Une période jugée trop courte selon les experts pour obtenir des résultats probants en faveur de la reconstitution des populations d’adultes (les cabots bouche-ronde) dans les rivières. D'où la principale mesure proposée, consistant à mettre en place une période de fermeture de la pêche des bichiques de 7 mois de mars à septembre.

Les autorités rappelant au passage que la pêche des adultes, les cabots bouche-ronde, est déjà interdite depuis longtemps dans toutes les rivières de l’île.

Pêche bichique
La réglementation prévoit un nouveau calendrier, mais aussi la définition des méthodes, des lieux de pêche et de vente des bichiques, ainsi que des droits de pêches calculés en fonction des statuts loisirs ou professionnels. ©Réunion La 1ère

 

Outre la mise en place du calendrier de pêche, de nouvelles mesures réglementaires y seront associées : permis de pêche (professionnel et loisir), mode de prélèvements (filets, vouves...), conditions et lieux de vente.  

 

Des rivières choisies pour expérimenter le nouveau processus

 

Ces mesures feront l'objet d'une information sur le terrain des différents acteurs tout au long de l'année 2021. Ce "plan bichique" a été confié à la sous-préfète de Saint-Benoit à qui incombe la charge d'organiser et de coordoner sa mise en place à l'échelle départementale.

Des sites pilotes ont été définis afin de mettre en place la nouvelle réglementation : la rivière du Mât, la rivière des Roches, la rivière des Marsouins, la rivière Langevin et la rivière Saint-Etienne.  

L'observation stricte des recommandations devrait permettre la mise en place d'une période de pêche pendant cinq mois d'octobre à février. De quoi respecter les traditions et espérer que les tables puissent à nouveau être garnies des fameux caris en fin d'année.