Blocages et violences : paralysée, La Réunion est sous tension [SYNTHESE]

manifestation
j3 gilets jaunes policiers liberent route littoral 191118
©Daniel Fontaine (Réunion la 1ère)
Une crise sociale a éclaté à La Réunion. Écoles et commerces fermés, routes bloquées : l'île est paralysée depuis ce matin. Près de 25 points de blocage sont en place. Les forces de l'ordre sont intervenues pour libérer des blocages sur la route du littoral et à l'hôtel de Région.
L'île de La Réunion est paralysée par un mouvement social d'ampleur depuis trois jours. Ce lundi 19 novembre, près de 25 barrages sont dressés sur l'ensemble du territoire. Écoles et commerces sont fermés. Des axes stratégiques et économiques de l'île sont bloqués par des manifestants en gilets jaunes, mais aussi par des jeunes. 
 

L'île paralysée 

Depuis la mobilisation des gilets jaunes, samedi 17 novembre, la tension est montée dans l'île. A la tombée de la nuit, ce sont des jeunes qui tiennent les barrages et cherchent à en découdre avec les forces de l'ordre dans plusieurs communes.
Gilets jaunes à Saint-André (ambiance Maloya)
©Réunion la 1ère (Willy Fontaine)

Regardez le reportage de Nadia Tayama et Willy Thevenin : 
©reunion


Ecoles et commerces fermés 

Ce lundi matin, très tôt, les premiers barrages ont été dressés sur les routes de La Réunion. Impossible pour de nombreuses personnes de se rendre au travail. En cours de matinée, les mairies ont annoncé la fermeture des écoles et des crèches. Des parents ont alors dû s'organiser pour récupérer leurs enfants malgré les barrages. En début d'après-midi, toutes les écoles ont fermé à Saint-André, Sainte-Marie, Bras-Panon, Sainte-Suzanne, Le Port, Saint-Paul, Saint Leu, La Possession, Saint-Louis ou encore Saint-Denis. L'Université de La Réunion a reporté l'ensemble des examens prévus ce 19 novembre à une date ultérieure. 

Les magasins des villes de Saint-Denis et Saint-Pierre sont restés fermés ce lundi. Les rideaux de nombreux commerces sont baissés. Malgré tout, certaines enseignes ont été pillées. 
j3 gilets jaunes tensions centre-ville Saint Denis 191118
©Laura Philippon (Réunion la 1ère)
 

Axes stratégiques 

Les manifestants bloquent des points stratégiques de l'île tels que le rond point de l'aéroport de Gillot, mais aussi la SRPP,  la Société Réunionnaise de Produits Pétroliers. Des transporteurs sont présents sur ce barrage. "Le seul moyen de nous faire entendre, est de bloquer ce poumon économique de l'île", explique un membre du Collectif 974. 
La SRPP est bloquée et fermée
La SRPP est bloquée et fermée. ©Gaël Le Dantec
 

Gaz lacrymogènes Route du littoral 

Ce lundi matin, les gilets jaunes ont bloqué la route du littoral dans les deux sens à l'entrée et la sortie de Saint-Denis. Ils ont été délogés par la force en fin de matinée. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes sur le cortège dans lequel se trouvait des familles. Excédés, les gilets jaunes ont rejoint le centre ville de Saint-Denis. 

Regardez le reportage de Dephine Poudroux et Daniel Fontaine :
©reunion
 

Tensions dans le centre-ville de Saint-Denis

Après un face à face avec les forces de l'ordre, les manifestants ont pris la direction du centre ville du chef lieu. Quelques individus violents étaient présents dans le cortgèe et hors de contrôle. Des terrasses de deux commerces ont été saccagés.  

Disperser la foule à l'hôtel de Région 

En début d'après-midi, près de 250 manifestants ont pénétré dans l'hôtel de Région. Ils ont découpé le portail d'entrée avec une disqueuse. Les forces de l'ordre ont à nouveau fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser la foule. Ils ont chargé. Un manifestant aurait été blessé et serait inconscient. La foule a été dispersée.
j3 gilets jaunes policiers charge région 191118
©Olivier de Larichaudy 5réunion la 1ère)
 

La préfecture demande des renforts 

Les forces de l'ordre ont durci le ton ce lundi. Elles ont désormais pour consignes de libérer les points stratégiques. La préfecture annonce également avoir fait une demande de renforts pour La Réunion. 
Cellule de crise de la préfecture 19 nov 2018
©Imaz Press
 

Des appels au calme 

Ce lundi, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin a lancé un appel au calme sur la chaîne Public Sénat : 
 

"Je voudrais que chacun prenne conscience de ses responsabilités. Il faut appeler au calme. Autour des manifestants, il y a aussi un certain nombre de jeunes et de moins jeunes qui en profitent pour de la casse, pour récupérer le mouvement".


Le député de La Réunion, Jean-Hugues Ratenon a lui appelé à faire la différence entre "gilets jaunes et casseurs". Il souhaite toutefois "poursuivre le mouvement (...) autant de jours qu’il faudra pour que le gouvernement prenne un certain nombre de mesures en faveur de la population." 
 

Fermeture des stations-service

Les stations-services sont appelées à fermer leurs portes dans l'après-midi. Gérard Lebon, le président du Syndicat réunionnais des exploitants de stations-services (SRESS), appelle les stations service de l'île à fermer. Les stations sont prises d'assaut depuis ce matin, certaines sont déjà à sec, alors que la SRPP est bloquée au Port. 

©reunion

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live