réunion
info locale

La Calédonie a annoncé la pêche d'une vingtaine de requins

découverte
requin
©Pixabay
Pour faire face aux attaques qui se multiplient, la Nouvelle-Calédonie a annoncé la pêche d'une vingtaine de squales.  

 
Capture et euthanasie, la mairie de Nouméa et la province Sud sont passées à l'action par le biais d'un arrêté autorisant la capture d'une vingtaine de bouledogues.
Une mesure qui vise à réduire le nombre de squales au plus près des côtes et des humains et apporter une première réponse à la crise qui touche la collectivité, aprés l'attaque mortelle d'un pêcheur et la mutilation d'un enfant.

Les opérations de capture doivent s'effectuer dans un  cadre strict notamment avec les Affaires maritimes et l'aide de pêcheurs professionnels.

Autre mesure précise " les nouvelles Calédoniennes ", l'interdiction du mouillage à la Baie des Citrons, afin d'éviter les rejets de nutriments susceptibles d'attirer des bouledogues dans cette zone de baignade.

L'association Océan prévention Réunion se félicite dans un communiqué de la réponse apportée par la Nouvelle-Calédonie au problème d'attaques de requins. Une première étape incontournable selon OPR, vers un retour à l'équilibre.


A peine faite, l'annonce en Nouvelle-Calédonie a déclenché de nombreuses réactions, une pétition est en ligne pour protester conte la capture et l'euthanasie des squales. 


 
Communiqué : OPR félicite la Nouvelle-Calédonie
Communiqué en réponse à la pêche préventive lancée en Nouvelle-Calédonie :

 L’association Océan prévention Réunion (OPR) félicite le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie pour la réponse apportée aujourd’hui au problème des attaques de requins.
  Entre autres mesures d’informations et de réglementation, la décision de pêcher 20 bouledogues est une première étape incontournable vers un retour à l’équilibre. Avec cette décision, nos collaborateurs sur place sont satisfaits de voir enfin aboutir leurs mises en garde répétées auprès des autorités locales depuis 2016.
 Ce territoire français sort enfin de sa torpeur, après des années d’insouciance, bercé par le discours romantique (condamnable) des biologistes/écologistes, qui assuraient qu’il était possible de « cohabiter paisiblement » avec ces redoutables prédateurs. Les récents drames survenus là-bas ont ramené ce territoire à la brutale réalité d’une nature parfois impitoyable, et qui ne redoute que la mort.
 L’île de la Réunion a commencé à utiliser la pêche préventive pour réduire le risque depuis 2013, avec environ 350 gros requins prélevés depuis, dont 140 bouledogues.
 Personne, sauf des adeptes de mauvaise foi, ne peut contester le fait que, même si notre nombre de morts continue d’être très au-dessus de la norme (du fait d’une très forte densité de squales près de la côte) cette mesure de régulation aura permis de limiter les drames à l’île de la Réunion. Combien de morts et de mutilés aurions-nous à déplorer en plus si ces centaines de gros requins n’avaient pas été retirées de nos rivages ?
 Aujourd’hui la Nouvelle-Calédonie avec cette mesure humaniste fait preuve d’une grande maturité dans la gestion d’un problème hautement sensible, dans un contexte sociétal qui revendique l’égalité homme animal au nom d’une nouvelle éthique, quelque en soit le prix.
  Les politiques publiques de prévention menées dans le monde interagissent fortement du fait de la grande rareté de ce phénomène, et cette décision va conforter la poursuite des programmes de pêche préventive à l’île de la Réunion et ailleurs.
 Pour l’instant le programme de marquage/déplacement des bouledogues en Nouvelle-Calédonie a montré l’inefficacité totale du simple « déplacement » des squales. Ils sont revenus au même endroit à des heures régulières, conduisant à l’impossibilité d’imaginer une autre mesure que celle du prélèvement.
 Notons que la pêche préventive est possible partout dans la réserve en Nouvelle-Calédonie car il est mentionné dans leur réglementation la possibilité de prélever des espèces « en cas de menace pour la vie humaine ».  À l’île de la Réunion, nous réclamons la même mesure réglementaire, en vain depuis huit ans. Notre réserve marine interdit toujours en 2019 de pêcher des bouledogues pour sécuriser nos enfants dans ces zones de protections renforcées, là où il faudrait le faire, là où se trouvent nos plages populaires…

 Lien vers vidéo explicative de la situation en Nouvelle-Calédonie et vers un article écrit en avril 2016 qui annonçait une crise en devenir.

 
Publicité