Campagne sucrière : blocage des usines de Bois-Rouge et du Gol

agriculture
Usine du Gol bloquée - 2
Usine du Gol bloquée ©Suzette Emma
Des planteurs, mécontents depuis la semaine dernière, haussent le ton ce lundi 9 août. Ils ont décidé de bloquer les usines du Gol et de Bois-Rouge. Ce qui coince, c'est la richesse en sucre des cannes. Les planteurs demandent une rencontre avec Téréos, le sucrier. Elle aura lieu demain, mardi.

En ce début de semaine, les planteurs ont décidé de bloquer les balances et les usines de cannes depuis ce matin. Bois-Rouge et le Gol sont donc complètement à l'arrêt. Pour ces professionnels, le problème concerne la richesse en sucre des cannes, déterminée par Téréos. En effet, c'est l'usinier qui définit le prix de la tonne de cannes payée aux planteurs, un prix trop bas cette année selon les syndicats agricoles. "Au bout d'un mois de campagne, on constate des richesses vraiment basses, explique Jean-Michel Moutama de la CGPER. Conséquence : la livraison des cannes vaut 10 à 15€ la tonne, mais on nous avance 30€. En fin d'année, lors du bilan, on devra alors rembourser à Téréos le trop-perçu".

Regardez le reportage à l'usine du Gol :

Blocage à l'usine du Gol

Les agriculteurs seront donc amenés, non seulement à ne pas percevoir de bénéfice, mais aussi à rembourser une partie de l'avance perçue. Certes, les planteurs bénéficient d'une prime de 12 euros attribuée pour la bagasse. Une prime insuffisante pour compenser les pertes selon la CGPER, qui demande aux usiniers de reconsidérer le mode de calcul de la rémunération des planteurs, à défaut de revenir sur des variétés de cannes plus gorgées en sucre.