publicité

CHU : Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer, s’empare du dossier

En vacances à La Réunion, la ministre des Outre-mer, a rencontré l’intersyndicale, et informé la ministre de la Santé sur le mouvement de grève au CHU. Une table ronde aura lieu à Paris le 14 mars 2017. Les précisions d’Ericka Bareigts sur Réunion 1ère radio…

© Réunion 1ère
© Réunion 1ère
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le , mis à jour le
Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer, était l’invitée de la matinal de Réunion 1ère radio. Au cœur de cette interview, la grève au CHU et l’avenir du centre hospitalier universitaire de La Réunion impacté par un déficit de plusieurs millions d’euros. Pour sortir de cette crise financière un plan a été élaboré. Il est question du non-remplacement de 190 départs à la retraite et de la suppression d’une centaine de lits.
Ce projet est à l’origine de la grève lancée par l’intersyndicale du CHU Réunion et de la ministre.
 
Une table ronde le 14 mars 2017 à Paris
 
En préambule, Ericka Bareigts à signifié que le plan social du CHU était gelé pour l’heure : « J’étais en lien avec la ministre de la santé jeudi. Le sujet est très important pour chacun d’entre-nous. Le centre hospitalier universitaire nous appartient. Je me suis beaucoup battu pour avoir des professeurs universitaires, j'ai accompagné ce projet à Paris quand j'étais député. Ce conflit n'est pas lié à une question de soutien de l'Etat. Pour mettre le problème à plat, j’ai obtenu l’organisation d’une table ronde à Paris en présence du directeur du CHU Réunion, de l'ARS-OI, des syndicats et des médecins, le 14 mars à Paris ».

Des études supplémentaires avant de prendre des décisions
 
Philippe Dornier, de Réunion 1ère radio a souligné que l’intersyndicale s’interrogeait sur les disparités de financement entre les hôpitaux des Antilles et de La Réunion ?
Pour la ministre : « Il ne faut pas tout confondre. Le sujet de fond est désormais de savoir comment nous protégeons ce CHU pour La Réunion et l'océan Indien. De 2012 à 2015, il y a eu des aides de l'Etat sinon le centre universitaire n’existerait pas. Je veux donc que l'on fasse des études pour disposer de tous les éléments avant de prendre des décisions. Aujourd'hui, il y a des zones d'ombre. Exemple : l'impact des surcoûts liés lors d’interventions dans la zone océan Indien... Personne ne donne les mêmes chiffres ».
 
Ericka Bareigts confirme son soutien à Benoît Hamon
 
Le point de départ du conflit social à pour origine le projet de ne pas remplacer 190 départs à la retraite et la suppression d’une centaine de lit. Deux mesures qui n’ont pas de sens pour l’intersyndicale, le CHU pouvant se prévaloir d’excellents résultats depuis sa création en 2012.
Concernant ce point extrêmement sensible, Ericka Bareigts se montre ouverte : « je demande des études complémentaires concernant ces mesures. Suite à la table ronde, des solutions différentes pourront, peut-être, être envisagées ».
Philippe Dornier a conclu cette interview en évoquant l’élection présidentielle à venir, en demandant à la ministre des Outre-mer, si elle continuait à soutenir Benoît Hamon, alors que le maire de Saint-Denis, Gilbert Annette (PS) et premier magistrat de la commune dont elle est députée s’est rangé derrière Emmanuel Macron : « je soutiens Benoît Hamon. La situation actuelle du PS est compliquée, mais elle est très éloignée de celle de la droite, dont le candidat pourrait être prochainement mis en examen. C’est du jamais vu dans la république française et ça c'est très grave pour la démocratie »...

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play