CHU Sud : l’oncologie digestive externalisée pendant 1 mois

santé
20160609 Equipe contre cancer CHU Sud
©CHU Sud Réunion
La direction du CHU répond au député David Lorion. Alors que vendredi dernier, le parlementaire a qualifié d’ »humainement inacceptable » la situation au CHU Sud, évoquant l’externalisation du service d’oncologie digestive vers le privé, la Direction du CHU se défend.
 
Désireux de "ne pas rester silencieux" et de ne pas "être complice" d’une "décision inacceptable et inhumaine", le député de La Réunion David Lorion a, vendredi 22 juin, diffusé un communiqué s’offusquant d’une possible externalisation du service d’oncologie digestive du CHU Sud.
 

"C’est cette fois-ci le service de l’oncologie digestive qui doit être externalisé au profit des cliniques privées du Port et de Saint-Denis, à partir du 1er juillet prochain".


Des complications pour les patients

Une décision qui engendrerait d’importantes difficultés pour les patients, estime le député, qui évoque notamment les démarches administratives et les déplacements supplémentaires pouvant ainsi être générés.  David Lorion parle alors d’un "déménagement en catimini des services aussi vitaux que la chimiothérapie du Sud vers le Nord et du Public vers le Privé".

La Direction générale du CHU apporte des précisions

Des propos que la Direction Générale du CHU ne semble pas avoir apprécié. Elle répond ainsi, par un communiqué là aussi, au député en apportant des "précisions". Elle ne parle pas d’externalisation mais affirme adopter "une attitude responsable" en élaborant un protocole de transfert provisoire de patients vers des cliniques de Sainte-Clotilde et du Port pour "assurer la continuité des soins". De plus elle précise :
 

"Il n’existe pas de service d’oncologie digestive du CHU Sud, mais bien une activité d’oncologie digestive, réalisée au niveau du service de gastro-entérologie dans le pôle des Spécialités médicales."


La direction insiste même sur le fait qu’aucun projet de fermeture de ce service ou de reconsidérer cette activité n’existe, évoquant au contraire celui d’en faire un pôle d’excellence sur le site de Saint-Pierre.

Un manque de moyens humains

Une difficulté de ressource humaine médicale dans cette spécialité à partir du mois de juillet est en revanche reconnue par la direction, du fait du départ d’un praticien l’exerçant. Ainsi la Direction Générale du CHU affirme avoir entamé depuis plusieurs semaines des démarches pour le remplacer  en recrutant un gastro-oncologue et pour davantage impliquer les praticiens d’oncologie en augmentant les vacations.

Une prise en charge externalisée durant 1 mois

Dans l’attente de ce recrutement et "d’un retour à la normale le plus rapide possible", les patients du Sud devront donc être pris en charge au sein des cliniques de Sainte-Clotilde et du Port, à partir du 1er juillet prochain, et ce pour une période d’un mois.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live