Circulation inter-files : plusieurs centaines de motards de La Réunion rassemblés devant la préfecture

sécurité
Les motards de La Réunion se mobilisent, ce jeudi 25 février.
Les motards de La Réunion se mobilisent, ce jeudi 25 février. ©Imaz Press

Les motards de La Réunion se sont rassemblés, ce jeudi 25 février, devant la préfecture à Saint-Denis. Une délégation a été reçue pour dénoncer l’interdiction de la circulation inter-files. La pratique devrait encore être tolérée dans le département.

Plusieurs centaines motos et des scooters de La Réunion sont venus des quatre coins de l’île, ce jeudi 25 février, pour se rassembler devant la préfecture à Saint-Denis. Ils dénoncent l’interdiction de la circulation inter-files. La pratique devrait encore être tolérée dans le département.

Plusieurs centaines de motards rassemblés devant la préfecture.
Plusieurs centaines de motards rassemblés devant la préfecture. ©Stéphane Enilorac

 

Interdiction de la circulation inter-files

Depuis le 1er février, la circulation inter-files est interdite partout en France pour les motards et les scootéristes. Une décision dénoncée par les motards de La Réunion qui demandent "plus de pédagogie et moins de sanctions".  

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Des motards de La Réunion rassemblés devant la préfecture pour dire « non » à l’interdiction de la circulation inter-files

 

Pas d'ordre de verbaliser à La Réunion

Une délégation de motard a été reçue par les services de la préfecture. Les autorités annoncent qu'elles vont appuyer la demande des motards pour faire de La Réunion un département pilote. En 2020, il y aurait eu un accident mortel en remontée de file à La Réunion. Les autorités précisent que la pratique reste tolérée dans l'île, il n'y a pas d'ordre de verbaliser. Les motards ne prévoient pas d'autres actions pour le moment, mais se disent attentifs à l'évolution de la situation.

A La Réunion, les deux roues circulent régulièrement entre les deux files de voitures pour éviter les embouteillages, mais aussi sur la quatre-voies. Désormais, dans l'Hexagone, cette pratique est passible d'une amende de 135 euros et d'un retrait de trois points sur le permis de conduire. La mobilisation de ce matin faisait suite à l’appel lancé au niveau national par la Fédération Française des Motards en Colères (FFCM).

Les Outre-mer en continu
Accéder au live