réunion
info locale

Conseillers communautaires : le préfet modifie la répartition des sièges

élections
Gérald Maillot à la tête de la CINOR
©Wikimédia
En renouvelant les conseillers municipaux en mars prochain, les électeurs désigneront aussi leurs nouveaux représentants dans les intercommunalités. Et en la matière, quelques changements sont à prévoir. Explications.
On connait le nombre de conseillers  communautaires qui seront élus en mars prochain. La préfecture vient en effet de publier l’arrêté qui détermine combien de ces conseillers siègeront au TCO, à la CIVIS, la CIREST, la CINOR et la Casud.


Des arrêtés à défaut d'accord

Depuis 2014, ils sont élus en même temps que les conseillers municipaux. Chaque bulletin de vote présente ainsi, à gauche, la liste des candidats au conseil municipal et, à droite, celle des candidats au conseil communautaire.

Dans presque toutes les collectivités, c’est la préfecture qui a arrêté le nombre de conseillers communautaires, tout simplement car elles n’ont pas adopté un accord dans les délais. Résultat : le nombre de conseillers communautaires a été décidé au prorata de la population des communes.
 

La Casud et la Cirest perdent, la Cinor gagne

Au final, les chiffres ne varient pas beaucoup mais il y a quelques petites modifications. L’ Entre Deux perd ainsi un siège à la Casud, Saint-Philippe en perd 2.

A la CINOR, toutes les communes gagnent au moins un siège pour ces futures élections en mars 2020. Il y en a 8 de plus au total.

Mais à la Cirest en revanche, les citoyens ne voteront que pour 48 conseillers contre 51 en 2014.

Au TCO, le chiffre reste stable mais au sein de cette intercommunalité, on comptera deux conseillers en moins au Port.

Enfin à la CIVIS, un accord a été trouvé entre les communes. Cilaos et l’Etang-Salé abandonnent un siège chacune. Ils iront à Saint-Pierre, la plus grande commune de cet EPCI.

Pour rappel, tous les candidats à cette élections de conseillers communautaires devront aussi figurer sur les listes des municipales.
 
Publicité