Coronavirus : la visière Nou La Fé pour protéger les travailleurs

économie
coronavirus la visière nou la fé 260320
©Marc Mangin, Empreinte Locale
C’est une innovation au service des salariés qui travaillent durant la crise du coronavirus. Une innovation réunionnaise, développée dans le but d’assurer une protection faciale. Une innovation partagée avec l’île Maurice et les Antilles.
C’est peut-être une solution qui va permettre aux employés qui travaillent en cette période de confinement d’être plus sereins. Un nouveau produit a été créé, ici à La Réunion : la visière Nou La Fé.  

Il s’agit d’une protection faciale élaborée par Empreinte Locale, une entreprise spécialisée dans la fabrication de produits publicitaires. Une visière pour se protéger du Covid 19, à laquelle des entreprises locales ont déjà adhéré. 
 

Aider les industries réunionnaises

C’est à la demande de l’Association pour Le Développement Industriel de La Réunion que les dirigeants de l’entreprise Empreinte Locale ont demandé à leurs techniciens de travailler sur un projet de masque facial.

Il s’agissait pour l’Adir d’aider les industries réunionnaises à continuer à produire en assurant la sécurité sanitaire des employés, notamment ceux de l’agro-alimentaire, qui allaient bientôt être en rupture de masques.

Il n’a fallu que quelques jours à l’entreprise Sainte-Marienne pour réussir à créer un prototype comme nous l’explique Marc Mangin, le directeur associé d’Empreinte locale :
 

" C’est un plexi d’un millimètre d’épaisseur, qui peut se galber et qui se fixe sur le visage par une mousse fournie par la société Isoplast… Cette mousse permet d’avoir un certain confort. Pour le réglage de diamètre de la tête, à l’arrière, il y a un système de languette avec des crans qui ressemblent aux  casquettes américaines ".  

 
 

Des tests concluants

Le produit a ensuite été testé par des industriels qui ont approuvé le concept. Une version qui s’adapte aux casques de chantier a même été créé pour répondre à la demande des dockers qui ont pris connaissance du produit par des sociétés de manutention portuaire.

Des essais qui se sont révélés tellement concluants que depuis le début de la semaine, Empreinte locale est passée en mode production. Chaque jour, 800 visières Nou la Fé sont fabriquées dans ses ateliers pour répondre aux premières commandes :
 

" Si au départ, ce produit était destiné aux industriels, on a aujourd’hui des demandes de tout corps de métiers. Les professions de la santé s’y intéressent parce c’est une vraie protection faciale contre les postillons.  Les prisons commencent à nous en demander, les hypermarchés bien évidemment : tout corps de métiers qui continue à travailler en étant exposé au public ", confie Marc Mangin.  


En tout, ce sont déjà 3 500 pièces qui ont été commandées.
 
coronavirus visière nou la fé 260320
©Marc Mangin, Empreinte Locale

 

Une solidarité qui s’étend à l’île sœur et aux Antilles

Les Mauriciens, eux-aussi concernés par ces problématiques de manque de protections, ont eu connaissance de ce produit. A la demande de l’Adir, l’entreprise réunionnaise leur a donc transmis ce jeudi 26 mars au matin le tracé et les études de production de la visière Nou La Fé.

Les Antilles ont également eu ces informations pour démarrer la production. Pour Marc Mangin, " dans la société, on bosse avec plaisir car on a cette sensation de rendre service et d’être utile pour combattre ce maudit virus ". Un geste citoyen et solidaire qui va certainement aider à freiner la propagation du virus.