Couvre-feu à Saint-André : ce qu’en pensent les habitants

coronavirus
Le centre-ville de Saint-André.
Le centre-ville de Saint-André. ©Imaz Press
Si le taux d’incidence se maintient au-dessus de 150 pour 100 000 habitants dans la commune de Saint-André, un couvre-feu sera instauré dès mardi. Même si beaucoup de Saint-Andréens sont d’accord avec cette possibilité, les avis sur la question sont divers.
 
Les 56 900 habitants de Saint-André sont sur la sellette. En raison de l’augmentation du nombre de cas de coronavirus, le préfet pourrait imposer un couvre-feu dès mardi dans la commune si la situation continue de se dégrader. Il a également mis en garde contre les comportements irresponsables.

Pour de nombreux riverains, il faut durcir le ton et aller plus loin dans la sanction. "Je ne suis pas contre le couvre-feu, explique une Saint-Andréenne. Parce qu’il faut aussi préserver notre santé." Un autre riverain pense que "ça doit être une mesure qui doit être prise au bout d’un moment, donc ça paraît normal." Il ne souhaite pas s’avancer sur les potentielles solutions mais pour lui, "il faut réagit au bout d’un moment."
  

Des avis divergents

"C’est regrettable même pour les personnes âgées. Parce qu’elles sont toutes seules la plupart du temps et ça ne sera pas facile pour eux. Ce n’est pas évident pour tout le monde", estime une habitante de Salazie. 

Une autre Saint-Andréenne pense que le couvre-feu ne serait pas suffisant pour freiner la propagation de l’épidémie.
 

Toute la journée il y a du monde dans la rue et les gens ne respectent pas toujours les distanciations physiques. Tout le monde est collé. Le couvre-feu est inutile.

Une Saint-Andréenne

 
Par ailleurs, l'augmentation du nombre de cas de coronavirus avait contraint la mairie de Saint-André à annuler les festivités du Dipavali, prévues se dérouler du 13 au 15 novembre. La ville devrait être fixée sur son sort quant à un éventuel couvre-feu mardi.

Le reportage de Rahabia Issa et Jean Claude Toihir :
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live