publicité

Crise sociale : Violences à La Possession Vanessa Miranville outrée

Après la charge contre les "Gilets jaunes", à l'entrée de la Route du Littoral, la mairie de La Possession a réagi ce matin. Vanessa Miranville fait état de sa surprise et constate les dégâts.

 

© Hubert Debeux
© Hubert Debeux
  • Par Steve-Henry Peeters
  • Publié le , mis à jour le
« Scène d’apocalypse » hier soir sur le territoire de la Possession selon sa maire.

Vanessa Miranville affirme ne pas avoir été prévenue de l’intervention des gendarmes pour dégager les barrages à l’entrée de la Route du Littoral.

Lorsqu'elle s'est rendue sur place, la mairesse a assisté, dit-elle, aux tirs de gaz lacrymogènes qui ont touché des familles et des enfants.
Elle a déclaré avoir été effarée par les scènes de violence sur place, alors qu’on aurait dû, selon elle, jouer l’apaisement avant l’arrivée de la ministre des outre-mer.

Vanessa Miranville s'est dit ce matin outrée par l’intervention des forces de l’ordre au micro de Jean-Paul Mélade (Réunion la 1ère).

"Pour moi, ceux qui ont pris cette décision, certainement au niveau de la préfecture, auraient dû nous contacter pour voir s'il y avait ce besoin. 
Qu'on s'en prenne a des gens qui sont pacifiques, je ne comprends pas !
Je me retrouve avec une ville où l'on voit des voitures incendiées, brûlées. 
Je ne peux même pas envoyer mes équipes pour nettoyer de façon ne pas les mettre en danger !"


Vanessa Miranville espère que les événements d’hier soir ne vont pas entacher les discussions à venir.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play