réunion
info locale

Décès de Jacques Chirac : les larmes et l’émotion de Jean-Paul Virapoullé

président de la république
Jean-Paul Virapoullé, maire de Saint-André.
Jean-Paul Virapoullé, maire de Saint-André. ©RB / IMAZ PRESS
Le maire de Saint-André, Jean-Paul Virapoullé, proche de Jacques Chirac, est effondré au lendemain du décès de l’ancien président de la République. Sur Réunion La 1ère, en larmes, il revient sur la politique de Jacques Chirac pour La Réunion.
Les larmes de Jean-Paul Virapoullé au lendemain du décès de Jacques Chirac. L’ancien président de la République s’est éteint à 86 ans, jeudi 26 septembre. Le maire de Saint-André était un proche de Jacques Chirac.

"J’ai fait 21 ans au Parlement, je peux comparer avec les gouvernements successifs", commence Jean-Paul Virapoullé avant d’être submergé par l’émotion et les larmes. "Je suis effondré", souffle-t-il sur le plateau de Réunion La 1ère avant de revenir sur la politique de l’ancien chef de l’Etat pour La Réunion.

Regardez cet extrait sur Réunion La 1ère : 

"Le seul qui aime l'outre-mer"

"Quand il était au pouvoir à Matignon et à l’Elysée, on sentait son affection, reprend Jean-Paul Virapoullé. Ce n’est pas par les sourires et les bisous. Quand on allait le voir pour une question essentielle et utile à La Réunion, il tapait sur la table et disait à ses collaborateurs, vous faites ça pour eux !"

Jacques Chirac et l’outre-mer, c’était une histoire d’amour. "En fait, c’est le seul homme politique qui aime l’outre-mer", disait déjà le député centriste Jean-Paul Virapoullé en mars 1996, lors d’un déplacement présidentiel à La Réunion. Aujourd’hui, le maire de Saint-André va plus loin encore pour faire l'éloge de la politique de l'ancien chef de l'Etat :
 

Il n’y pas un Réunionnais qui soit ouvrier ou propriétaire d’une case, d’une entreprise ou d’une exploitation agricole qui n’est pas bénéficié de la défiscalisation. C’est ça qui fait qu’il n’y a plus de "tôle rouillée" à La Réunion. Chirac est l’homme qui sentait que nous étions petits géographiquement parlant, mais que nous représentions la grandeur de la France et qu’il ne faillait pas bloquer notre essor économique, notre développement culturel et humain.


Jean-Paul Virapoullé a annoncé son intention de donner le nom de Jacques Chirac à l’une des rues de sa commune.