Déconfinement : soirée sans masques ni distanciation sociale dans l'Ouest

coronavirus
Rues de St Gilles avant, pendant et après la fermeture des bars
Rues de St Gilles avant, pendant et après la fermeture des bars ©Willy Fontaine
A en croire l'affluence dans certains bars de Saint-Gilles ce samedi soir, beaucoup de fêtards ne craignent plus la contamination au coronavirus. Les noctambules ont eu du mal à rentrer chez eux après deux heures du matin, heure à laquelle les bars ferment leurs portes.

Dans l'ouest, les soirées ont du mal à prendre fin à la fermeture des bars, après 2h du matin. Le week-end, les fêtards semblent oublier les derniers mois de crise sanitaires écoulés.

 

Aux oubliettes les masques et la distanciation sociale


Dans l'Ouest de l'île, les rues de Saint-Gilles ont retrouvé l'animation qu'on lui connaissait avant la crise. A l'inverse des boîtes de nuit, les bars ont l'autorisation d'ouvrir leurs portes, jusqu'à 2h du matin.

Comme dans tous les espaces clos, il est néanmoins obligatoire de porter un masque et de respecter les gestes barrières. C'est ce que rappel, avec humour,  ce panneau devant un bar de la station balnéaire :
 
Rues de St Gilles avant, pendant et après la fermeture des bars
Rues de St Gilles avant, pendant et après la fermeture des bars ©Willy Fontaine
 

Inconscience collective ?


La fièvre du samedi soir semble faire son effet. Dans l'euphorie, des dizaines, sûrement des centaines de personnes profitent de la réouverture des bars. Certains expliquent qu'il s'agit d'une conséquence de l'interdiction de réouverture des boîtes de nuit.

"Si les boîtes de nuit étaient ouvertes à l'heure qu'il est, il y aurait moins de monde devant les bars à 2h. [...] Avant il partaient tous en boîte de nuit après 2h et comme ça on n'avait pas le monde qui restait à trainer dans les rues" estime le membre du staff d'un des bars de Saint-Gilles.

Pour rappel, les boites de nuit peuvent rouvrir, à condition qu'elles adoptent le fonctionnement d'un bar et ferment leurs portes à 2h du matin maximum. Elles ne devraient pas retrouver leur configuration initiale, avec pistes de danses ouvertes, avant le mois de septembre.

(Re)voir le reportage d'Henri Claude Elma et Willy Fontaine :
 
VS Covid et boites de nuit à St Gilles


Dans le même temps, dans un entretien au Parisien, le ministre des Solidarité et de la Santé, Olivier Véran, appelle les jeunes à "la vigilance" vis à vis des gestes barrières. Il remarque également que "les patients sont jeunes, plus jeunes que lors de la précédente vague. Le taux d’asymptomatiques est, lui, extrêmement élevé".
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live