réunion
info locale

Le délégué local de la Fondation Brigitte Bardot envisage de démissionner de ses fonctions, Annick Girardin revient à la charge

polémique
Bardot
La ministre des Outre-mer adresse à son tour une lettre ouverte à l'ancienne actrice après ses propos insultants sur les Réunionnais. Le délégué local de la Fondation Brigitte Bardot dénonce de son côté "un tissu d'absurdités" et des déclarations totalement contre-productives
La lettre ouverte datée du 18 mars et publiée mardi par la fondation de Brigitte Bardot sur la maltraitance animale continue de faire couler beaucoup d'encre et de salive. Dans ce courrier incendiaire adressé au préfet Amaury de Saint-Quentin, l'ancienne actrice de 84 ans soutient que "les autochtones ont gardé leurs gènes de sauvages" et accuse avec force les Réunionnais de "barbarie" à l'encontre des animaux.

Des déclarations que le gouvernement a condamné ce mercredi après-midi. Mais la ministre des Outre-mer qui a demandé au préfet de saisir le Procureur de la République ne compte pas en rester là. Elle s'adresse directement à la défenseure des animaux. Pour la ministre, "l'idée même que des groupes humains disposeraient de "gènes sauvages" nous renvoient directement à l'époque sombre des zoos humains et aux théories politiques fondées sur la supériorité de prétendues races" Même sentiment de désapprobation du côté du délégué local de la fondation Brigitte Bardot. Didier Derand se désolidarise des propos de la militante de la cause animale. Il s'interroge aujourd'hui sur son avenir au sein de l'organisation Ecoutez-le au micro de Laurent Josse: 
 
©reunion

De son côté, la Fédération des associations et des groupements religieux hindous et culturels tamouls de La Réunion visée directement par les déclarations de Brigitte Bardot a également déposé plainte auprès du Procureur de la République. BB risque 1 ans de prison et 45 000 euros d'amende. 

(Re)Voir le reportage de Michelle Bertil et Daniel Fontaine: 
 
©reunion

Enfin dans un communiqué publié tard mercredi soir un groupe de 9 parlementaires réunionnais rappelle à l'ancienne actrice les différentes campagnes de stérilisation et de prévention pour lutter contre l'errance animale. Les députés (Ericka Bareigts, Nathalie Bassire, Nadia Ramassamy, Huguette Bello, David Lorion et Jean-Luc Poudroux) et sénateurs (Viviane Malet, Michel Dennemont, Jean-Louis Lagourgue) signataires n'attendent pas d'excuses de la part de Brigitte Bardot. 

"Nous vous invitons simplement à ouvrir un livre sur l'histoire de La Réunion. Ni cannibale, ni dégénéré, ni démoniaque: le réunionnais est fier son île et des valeurs qu'il porte"


Reste à savoir maintenant si les "amis" Réunionnais de Brigitte Bardot qui l'ont alertée sur la maltraitance animale dans le département auront la gentillesse et la délicatesse de lui offrir un ouvrage sur l'île intense et les communautés qui la composent...

 
Publicité