réunion
info locale

Démographie: la population de La Réunion estimée à 862 300 personnes en janvier 2018

demographie
Population
©Imaz Press Réunion
Entre 2009 et 2018, la population croît en moyenne de 5 100 habitants par an (+ 0,6 % par an). Sa croissance reste plus dynamique que celle de l'hexagone (+ 0,4 % par an)
La population de La Réunion est estimée à 862 300 personnes au 1er janvier 2018. Entre 2009 et 2018, elle croît en moyenne de 5 100 habitants par an (+ 0,6 % par an). Sa croissance reste plus dynamique que celle de l'heaxgone (+ 0,4 % par an), mais est nettement plus faible que par le passé : + 1,9 % par an entre 1990 et 1999 et + 1,5 % par an entre 1999 et 2009. En effet, le solde naturel (différence entre les naissances et les décès) est moins élevé qu’au cours des deux décennies précédentes et le solde migratoire est devenu déficitaire. Sur la période récente, la croissance de la population de l’île repose uniquement sur celle du solde naturel.


Le solde naturel se stabilise en 2017


En 2017, le solde naturel reste à son niveau de 2016 (+ 9 000), alors qu’il baissait depuis 2012. En effet, les naissances et décès sont restés stables en 2017 par rapport à 2016.
Le nombre de naissances reste sous la barre des 14 000 en 2017. Cette baisse est liée uniquement à celle du nombre de femmes en âge d’avoir un enfant (âgées de 15 à 50 ans) et non à une baisse de la fécondité. En outre, 4 700 décès sont intervenus en 2017 : c’est un niveau élevé en comparaison de la décennie 1990 (en moyenne 3 400 décès par an). Les générations du baby-boom des années 1950 arrivent maintenant à des âges où la mortalité est plus forte.

L’espérance de vie à la naissance continue de progresser pour atteindre 77,5 ans pour les hommes et 84,0 ans pour les femmes en 2017. L’espérance de vie reste inférieure à la métropole de 2 ans pour les hommes et de 1,4 an pour les femmes. Au début des années 1950, ces écarts d’espérance de vie étaient bien plus forts : 16,5 ans pour les hommes comme pour les femmes.
Avec 2,43 enfants par femme, la fécondité est nettement plus élevée à La Réunion qu’en métropole (1,85). Les Réunionnaises ont leurs enfants en moyenne deux ans plus tôt qu’en métropole (28,9 ans). Les naissances de mères mineures (2,3 % des naissances) continuent de diminuer (370 bébés en 2016 à 311 en 2017).

 
Tableau démographie Réunion
©INSEE Réunion

Plus de 8 Réunionnais sur 10 sont natifs de l’île


La Réunion, de par son isolement géographique, compte une forte part de natifs de l’île parmi sa population : 84 % au 1er janvier 2013. C’est un peu moins qu’en Martinique (85 %) et plus que dans la région du Grand Est par exemple (82 %). Les « Réunionnais d’adoption » sont cependant nombreux, en particulier les natifs de métropole (11 %). Les natifs de Mayotte sont peu représentés (0,7 %).
 

La population réunionnaise en 2050 : autant de seniors que de jeunes


Au 1er janvier 2050, 1,071 million de personnes habiteraient à La Réunion si les tendances démographiques récentes se prolongeaient. La population dépasserait le million d’habitants dès 2037. La croissance démographique diminuerait au fil des années du fait d’un solde naturel de moins en moins excédentaire : le nombre de décès doublerait entre 2013 et 2050, tandis que les naissances seraient stables.

Le vieillissement de la population serait prononcé, en lien avec l’allongement de la durée de vie des Réunionnais. Un quart des habitants auraient 60 ans ou plus en 2050, soit deux fois plus qu’en 2013. Le nombre de seniors rattraperait même pour la première fois celui des jeunes de moins de 20 ans. Il y aurait quatre fois plus de personnes âgées de 75 ans ou plus.

 
Les prix sont plus élevés de 7,1% à La Réunion
En 2015, l’écart des prix mesuré entre La Réunion et la métropole atteint 7,1 %. Cet écart résulte de deux visions des modes de consommation. D'un côté, consommer le panier moyen réunionnais en métropole coûte 3,6 % moins cher.

De l'autre côté, si un ménage métropolitain effectue ses achats habituels à La Réunion, il débourse 10,6 % de plus. Pour acheter ses produits alimentaires, il doit même payer 37 % plus cher, un écart stable depuis 2010. Les communications et la santé sont également plus coûteuses à La Réunion. En revanche, les transports sont devenus plus abordables que dans l'hexagone.
Publicité