publicité

Dengue : les hôpitaux se préparent à une situation épidémique majeure, des renforts nationaux attendus

566 cas supplémentaires de dengue ont été confirmés du 4 au 10 mars 2019. Les établissements hospitaliers publics se préparent à une situation épidémique majeure. Un pic est attendu mi-avril. 50 militaires de la sécurité civile sont attendus dans le département.

  • Par Annabelle Boyer
  • Publié le

L’épidémie de dengue se poursuit avec plus de 500 cas confirmés par semaine : du 4 au 10 mars 2019, 566 cas de dengue ont été confirmés. Actuellement, les foyers actifs sont toujours localisés sur les communes du Sud de l’île, même si la dispersion des cas est importante, avec 22 communes touchées. En perspective d’un pic épidémique prévu mi-avril, 50 militaires de la sécurité civile viendront renforcer le dispositif de lutte anti-vectorielle sur le terrain.

Par ailleurs, alors que le nombre d’hospitalisations et de passages aux urgences continuent d’augmenter, les établissements hospitaliers prennent, dès à présent, les mesures nécessaires pour faire face à une situation épidémique croissante dans les semaines à venir.
 

Les établissements hospitaliers publics se préparent à une situation épidémique majeure

A la demande de l’ARS Océan Indien, les établissements hospitaliers publics, et en première ligne le CHU de la Réunion, ont élaboré un plan de réponse pour se préparer à prendre en charge un afflux important de cas de dengue aux urgences et dans les services d’hospitalisation.

Dès à présent, le site Sud du CHU a mis en place, au niveau des urgences, un circuit spécifique pour la prise en charge des personnes venant consulter pour une suspicion de dengue. Une telle organisation pourra être mise en place dans les autres secteurs (CHU site Nord, CHOR, GHER) selon l’évolution de la situation dans ces territoires.
 

Des renforts nationaux prévus

Au regard des modélisations réalisées par l’Institut Pasteur et Santé Publique France, un pic épidémique pour la mi-avril aux alentours de 800 à 1 500 cas confirmés par semaine est prévisible Ainsi, pour faire face à cette urgence épidémique, 50 militaires de la sécurité civile (10 agents coordonnateurs et 40 agents de lutte anti-vectorielle) sont attendus sur l’île. Ils pourront ainsi appuyer les services de la LAV dans les actions de traitement, ainsi que les arrondissements pour la coordination des opérations.
 

La campagne de communication digitale se poursuit


« La dengue, STOP aux idées reçues » : les 3 idées de la semaine

La campagne de communication digitale « La dengue, STOP aux idées reçues » se poursuit avec 3 nouvelles idées reçues :

« Il y a beaucoup de moustiques chez moi, j’appelle l’ARS pour venir démoustiquer ma cour. »
« A côté de chez moi, il y a un terrain abandonné et des dépôts sauvages. Je ne peux rien faire. »
« Je peux garder chez moi des objets contenant de l’eau et refuser les opérations de démoustication. » >> Retrouvez ici les explications à ces 3 idées reçues et les outils de la campagne sur le site internet de l’ARS OI : www.ocean-indien.ars.sante.fr

Les ambassadeurs poursuivent leurs engagements auprès des autorités sanitaires

En cette période épidémique, des ambassadeurs réunionnais poursuivent leur engagement, pour relayer, selon leurs visions, les messages de prévention auprès de la population et lutter contre la circulation du virus :

• Thierry JARDINOT
• Christelle FLORICOURT
• Aude PALLANT-VERGOZ
• MC BOX

Situation épidémiologique au 19 mars 2019
(données de la Cire OI, Santé Publique France)

Du 4 au 10 mars 2019, 566 cas de dengue ont été confirmés. Les cas ont été identifiés dans 22 communes, dont les foyers les plus actifs sont situés à :

La Rivière Saint-Louis (128 cas)
Saint-Louis (107 cas)
Saint-Pierre (51 cas)
L’Etang-Salé (39 cas)
Ravine des Cabris (36 cas)
Petite Ile (24 cas) > nouveau foyer identifié

Au total, depuis le début de l’épidémie, on enregistre :

9 183 cas autochtones (dont 2 307 cas depuis le 1er janvier 2019)
236 hospitalisations pour dengue (dont 80 hospitalisations depuis le 1er janvier 2019)
628 passages aux urgences (dont 153 passages depuis le 1er janvier 2019)
6 décès dont 3 ont été considérés, après investigations, comme directement liés à la dengue
Plus de 33 000 cas cliniquement évocateurs sont estimés (dont plus de 7 000 depuis le 1er janvier 2019)

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play