Des scientifiques américains à La Réunion pour analyser le panache volcanique de l’éruption du Hunga Tonga

catastrophes naturelles
 Une campagne de mesures du panache du volcan Hunga Tonga a lieu à La Réunion.
Une campagne de mesures du panache du volcan Hunga Tonga a lieu à La Réunion. ©René Carayol/Université de La Réunion
Depuis plusieurs jours, des particules fines de l’éruption du Hunga Tonga dans le Pacifique sont arrivées dans le ciel réunionnais. Des scientifiques américains sont dans l'île pour analyser le phénomène avec l'Observatoire Atmosphérique du Maïdo.

Des scientifiques américains sont arrivés à La Réunion, vendredi dernier. Ils participent à une campagne de mesures de l'Observatoire Atmosphérique du Maïdo à Saint-Paul.

 Une campagne de mesures du panache du volcan Hunga Tonga a lieu à La Réunion.
Une campagne de mesures du panache du volcan Hunga Tonga a lieu à La Réunion. ©René Carayol/Université de La Réunion

 

Un phénomène inédit

La Réunion fait face à un phénomène inédit depuis plusieurs jours. De magnifiques couleurs vermillon sont observées dans le ciel réunionnais. Elles sont dues au panache de cendres généré par l'éruption du volcan de l'archipel des Tonga dans le Pacifique.

 

Des chercheurs américains

"Les scientifiques américains nous ont appelés la semaine dernière pour savoir s'ils pouvaient nous rejoindre pour faire des relevés ici, car c'est le seul endroit au monde pour analyser le phénomène", s'enthousiasme Stéphanie Evans, chercheure CNRS au laboratoire de l’atmosphère et des cyclones de l’Université.

Ce panache est constitué de particules fines et de gaz qui traversent à haute altitude les Mascareignes. La campagne de mesures de l'Observatoire Atmosphérique du Maïdo doit permettre d'en savoir plus.

Regardez les précisions de Réunion La 1ère :

Tonga : l'observatoire du Maïdo étudie le panache de fumée

 

Souffre et particules

"C'est la première fois depuis 30 ans que nous pouvons observer un panache volcanique de cette ampleur, s'exclame Stéphanie Evans, chercheure CNRS au laboratoire de l’atmosphère et des cyclones de l’Université. La dernière fois, c'était suite à l'éruption du Pinatubo en Indonésie".

"Débutée le 15 janvier dernier, l'éruption du Hunga Tonga a injecté l'équivalent du poids de 400 000 petites voitures remplies de souffre et de particules qui ont atteint les hautes altitudes au-dessus de La Réunion", explique Stéphanie Evans, docteur en sciences de l'atmosphère. Le panache se situe à environ 35 kilomètres au-dessus de nos têtes.

Une campagne de mesures du panache du volcan Hunga Tonga a lieu à La Réunion.
Une campagne de mesures du panache du volcan Hunga Tonga a lieu à La Réunion. ©René Carayol/Université de La Réunion

 

"Un moment unique pour les scientifiques"

Les chercheurs américains sont arrivés dans l'île, vendredi soir, avec du matériel permettant de quantifier la quantité de souffre et de particules. Des panneaux spéciaux vont être installés en altitude. 

"Nous les combinons à des appareils de mesures que nous avons déjà à l'Observatoire, explique Stéphanie Evans, chercheure CNRS au laboratoire de l’atmosphère et des cyclones  de l’Université. C'est un moment unique et incroyable pour nous, scientifiques".

Une campagne de mesures du panache du volcan Hunga Tonga a lieu à La Réunion.
Une campagne de mesures du panache du volcan Hunga Tonga a lieu à La Réunion. ©René Carayol/Université de La Réunion

 

Des conséquences sur le climat

Ces mesures vont permettre d'en savoir plus sur les particules, sur le panache et sur les conséquences de ce phénomène sur le climat. "Nous lançons des ballons avec des instruments scientifiques et nous avons déjà des résultats préliminaires, explique Elisabeth Ascher, chercheuse américaine. Ils vont nous permettre de comprendre la relation entre ces particules et le climat".

"Cette éruption n'est pas assez importante pour modifier le climat, mais elle l'est suffisamment pour comprendre la relation avec le climat, poursuit Elisabeth Ascher. Il y a 30 ans, lors de l'éruption en Indonésie du Pinatubo, 20 millions de tonnes de particules avaient été lâchées dans l'atmosphère, refroidissant la planète d'un degré sur trois ans".

Encore un ciel incroyable prévu ce soir

Ce lundi soir encore, les scientifiques feront des relevés. "Le panache est toujours bien présent au-dessus de nous, il devrait nous quitter demain pour revenir dans un mois", ajoute Stéphanie Evans. Il va en effet continuer de circuler dans l'atmosphère avant de revenir colorer le ciel réunionnais.