publicité

Economie réunionnaise : la consommation des ménages progresse encore

Le tableau de bord économique publié par le Cérom confirme la bonne santé de l’hôtellerie, une légère baisse de la vente des voitures neuves et des crédits à la consommation des ménages toujours plus nombreux. 

© Simca80
© Simca80
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le , mis à jour le
Les consommateurs le ressentent et le Cérom le confirme l’indice des prix à augmenté en Juillet. 1% ce n’est pas grand-chose, mais si la hausse touche des produits de consommation courante, alors le client fait grise mine.
Juillet, c’est le début des vacances scolaires. Logiquement, l’indicateur des affaires a progressé, mais que de 0,8%.
Dans le même ordre d’idée, le nombre de demandeurs d’emploi (catégorie A) bouge très peu pendant les mois de Juillet et Août. Il va falloir attendre la rentrée et les chiffres de Septembre pour savoir si le recul de 0,7% est conjoncturel…
 
Les exportations en chute libre
 
L’emploi salarié dans le secteur marchand se porte bien depuis trois ans. Il progresse constamment, + 3,2% au premier trimestre 2016.
Les importations restent stables. Après une brusque chute en 2013, suivie d’une forte augmentation en 2014, elles se sont stabilisées. La variation relevée en Juillet 2016 est de 1,5%.
En revanche, les exportations se sont effondrées depuis un an selon les relevés de l’Iedom (voir le tableau ci-dessous).
En revanche, la région Réunion peut avoir le sourire, l’octroi de mer se porte comme un charme depuis 3 ans. Les perceptions du 2ème trimestre sont en hausse de 3,6%.
 
Chute des ventes de voitures neuves au deuxième trimestre
 
Les importations de biens de consommation courantes ne faiblissent pas. Là encore depuis 2014, c’est l’embellie pour le commerce comme le confirme les +3,9% enregistrés lors du deuxième trimestre 2016.
Logiquement, les crédits à la consommation des ménages s’envolent. Une hausse sans discontinuer depuis fin 2014. Les chiffres de 2016 se font attendre.
Les ventes de voitures neuves (tourisme) avaient le vent en poupe depuis 2013, avec une augmentation record début 2016 qui vient de connaître un brusque recul au second trimestre -0,6%.
C’est moins spectaculaire, mais tout aussi parlant pour les économistes, l’augmentation incessante d’électricité basse tension +2,5% au second trimestre.
 
Les crédits flambent
 
L’importation de biens d’équipement, entendez électroménagers, véhicules, meubles etc… a progressé en 2016 comme en 2015 +18,8% lors du second trimestre.
Si les ventes de voitures de tourisme ont connu un léger recul dans les ventes lors du deuxième trimestre 2016, les ventes de véhicules utilitaires ont progressé puis légèrement stagné lors des trois derniers mois +10,9% quand même…
Les crédits à l’habitat aux ménages comme le crédit à l’investissement des entreprises réunionnaises ne cesse de croître respectivement +4,2% pour le premier et +1,8 pour le second.
 
La reprise reste molle, seul l’hôtellerie à le sourire
 
Les importations de ciment et de clinker suivent l’emploi dans le BTP, et fluctuent avec lui. Il apparaît clairement que ces deux secteurs de l’économie sont conditionnés par la construction de la future route du littoral. Les courbes d’avant 2012 sont loin, très loin…
Le trafic aéroportuaire repart à la hausse. Le graphique n’est pas linéaire, mais la progression est constante depuis 2013 +0,6% en Juin 2016.
Une progression qui se répercute sur les nuitées hôtelières +17,2% sur le 1er trimestre 2016.  
 
Les abattages de volailles diminuent

Les exportations de produits agroalimentaires étant limitées au sucre, aux fruits et aux poissons transformés dans les usines du Port les chiffres varient peu au fil des ans. En fonction des bonnes et des mauvaises années, les courbes baissent et augmentent, mais rien de notable.
Il n'en va pas de même dans les abattages porcins et de volailles. En 2016, si le porc se maintient, les abattages de volailles diminuent. Ils sont moins nombreux en 2016 qu’en 2012.
Concernant les emplois marchands, dans les commerces, les services et dans l’industrie, ils ont progressé sur le premier semestre. Pas de quoi inverser la courbe du chômage, mais on note une augmentation de 4 à 6% en fonction des secteurs.
Pourtant le solde d’opinion sur l’activité des employés concernés n’est pas fameux -1,6% de satisfaction et d'optimisme concernant leur avenir.
 
L’épargne ne bouge pas, les collectivités empruntent plus, les entreprises moins
 
Les épargnes collectées par les établissements bancaires de La Réunion évoluent peu. Seuls les dépôts à vue ont augmenté entre 2015 et 2016.
Les entreprises ont contracté moins de crédits, même si le coût des crédits à légèrement baissé.
En revanche depuis mi 2014, les collectivités locales ont levé des fonds auprès des banques un bond spectaculaire de +14,5%.
 
Des bonnes nouvelles inattendues
 
Alors que la crise dure et perdure le nombre de personnes physiques en interdiction bancaire recul -1,8%. Après une hausse (+21,8%) lors du premier semestre de 2016, les dépôts de dossiers de surendettement ralentissent aussi -3% pour le deuxième trimestre.
Enfin, 2016 est l’année de la disparition des taux de créances douteuses qui mettaient en danger l’avenir économique des collectivités locales. Par chance, La Réunion s’en sort bien et même très bien… 

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play