Famine à Madagascar : les associations s’unissent au sein de la plateforme "Agir pour Mada"

océan indien
famine sud Madagascar plateforme associations Agir pour Mada 101020
©Margot Hutton
Se fédérer et organiser l’aide, c’est le travail qu’ont fourni plusieurs associations ces derniers jours. Désormais regroupées au sein de la plateforme "Agir pour Mada", elles peuvent collecter les dons et disposent de relais sur place pour mener des actions.
Plusieurs associations réunionnaises ont décidé de s’unir au sein de la plateforme « Agir pour Mada », afin d’organiser la solidarité envers la population du Sud de Madagascar qui souffre d’une sécheresse particulièrement sévère et de sous-nutrition.
   

Fédérer les associations et organiser l’aide

En début de semaine dernière, Wilson Clara, l’entraîneur de l’US Sainte-Marienne, touché par cette dramatique situation, a lancé un appel pour qu’un moyen soit trouvé pour venir en aide à cette population en grande souffrance. Un appel qui a trouvé écho.

La Maison des associations de Saint-Benoît vient ainsi structurer, fédérer les associations et faire fonctionner le réseau de partenaires existant dans l’île. Le but est bien d’éviter la dispersion et s’assurer de l’efficacité des actions menées. Un partenaire a été identifié sur le terrain pour cela.
  

Une plateforme déjà active

Cette plateforme n’est donc pas nouvelle. Déjà opérationnelle et disposant de bénévoles, "Agir pour Mada" est prête à intervenir et dispose de la logistique nécessaire sur le terrain, explique Jocelyne Mardom, présidente de la Maison des associations de Saint-Benoit, membre de la plateforme.

Le partenaire relais était déjà bien connu de certains de ces acteurs, il s’agit de l’association "Agir pour Diego". C’est une association indépendante qui dispose de bénévoles et de coordonnateurs malgaches présents sur le terrain dans les zones touchées par le "Kéré", depuis mai 2020.
  

Des dons d’argent plutôt que de denrées

Deux cagnottes virtuelles ont été créées. Le don d’argent est privilégié, car l’acheminement de denrées depuis La Réunion est très complexe. Cela prendrait également du temps, or " il y a urgence " insiste Jocelyne Mardom.

Les fonds récoltés seront reversés régulièrement aux bénévoles sur le terrain à Madagascar. Les sommes doivent servir à financer des colis alimentaires distribués sur place. Les denrées seront achetées à Tuléar, grande ville du Sud de Madagascar. Un colis pour 4 personnes contiendra 10 kg de riz, 1 litre d'huile, 500 g de sucre, 1 kg de haricots, 3 savons, 1 kg de farine, 500 g de sel, 1 kg de lentilles et 20 litres d'eau.

Les membres de la plateforme assurent que ces dons seront transmis directement aux acteurs, sans intermédiaire, et que des contrôles seront effectués. Des photos des missions humanitaires réalises seront mises en ligne, ainsi qu'un suivi des dons. Les dons sont éligibles à une réduction d’impôts.
 


Les associations unies pour agir

Ce samedi 10 octobre, plusieurs associations étaient présentes pour présenter ce dispositif. La fédération des associations de la diaspora malgache à La Réunion, "FEO Madagascar", en faisait partie. Pour son président, Dany Mivan, " c’est de notre devoir de venir en aide, quand on peut et avec les moyens dont on dispose ".

Tsimba Razafintsialonina, ancien footballeur dionysien, est venu soutenir cette action. A La Réunion, plusieurs associations se mobilisent pour venir en aide à la population de Madagascar depuis de nombreuses années. Une solidarité qui s’exprime une fois de plus face à l’urgence de la situation.

Pour le footballeur d’origine malgache, l’aide d’urgence est indispensable, mais il faut trouver une solution durable à ce problème.