publicité

Dans un jour avec..., nous allons découvrir un de ces petits métiers que l'on voit tous les jours autour de nous et qui permettent à ceux qui les exercent de gagner un peu d'argent pour améliorer leurs conditions de vie. C'est le cas des " gounifyoles ", les ramasseurs de bouteilles. A Saint-Denis, Gilles Marsan ramasse des bouteilles depuis plus de cinquante ans. Il a commencé à l'âge de 15 ans. A 68 ans, tous les jours, il fait le tour des boutiques. Et l’endroit qu’il préfère c’est le petit marché de Saint-Denis.

Amoi mi mr ou na courage mais tienbo large pa... et depuis tan petit mi ramasse boutey, pas seulement aujourd'hui.

© Réunion la 1ère

Gilles n’a jamais eu un vrai travail, mais toute sa vie, il n’a pas arrêté de faire des petits boulots, à donner un coup de main à droite à gauche, aux marchands et aux bazardiers.

Aujourd’hui, chacun lui donne quelques fruits ou quelques légumes. Au petit marché, même le boucher se souvient de Gilles quand il n'était encore qu'un enfant.

© Réunion la 1ère (Jean-Marc Collienne)

Jean-Marc Collienne et Loïs Mussard l'ont suivi pendant sa tournée. Découvrez un de ces petits métiers que l’association Emmaüs met aujourd’hui en lumière dans le cadre d’une action de sensibilisation à l’économie de survie. Un reportage à découvrir ce vendredi, à 19h, dans le journal de Christelle Floricourt sur Réunion la 1ère. 
Un jour avec... Gilles Marsan, ramasseur de bouteilles

© Réunion la 1ère


 

Gilles jusqu'à quel âge ou va fé sa ?

" Jusqu'à tan mi gign marché, kan mi gagnera plu marché, mi rest la kaz mi rodera plu boutey. 

© Réunion la 1ère

Quand on lui demande quel est son rêve, Gilles dit qu’il aimerait prendre l’avion pour aller voir sa fille qui vit dans l’Hexagone. Pour payer le billet, 700 euros, il lui reste juste à ramasser 14 mille bouteilles !
 

© Réunion la 1ère

Une fois par mois environ, Gilles fait appel à l'une des 9 sociétés de collecte du département, quand il a ramassé 4 à 5000 bouteilles, soit 30 à 40 grands sacs… Les bouteilles collectées sont mises sur palettes et ramenées aux Brasseries de Bourbon, seule entreprise de l’île à organiser un tel recyclage. 
 

Gilles, nou retrouv ? " Oui... allez ciao ciao ! "

© Réunion la 1ère