Grand Raid 2021 : le physique et le mental des coureurs mis à rude épreuve

trail
Temps forts du Grand raid : la chaleur assomme Mafate
Grand raid : poste de ravitaillement Marla ©Delphine Poudroux
Les Fous, partis jeudi 21 octobre à 21h, et les coureurs du Trail de Bourbon, n’en ont pas fini avec le Grand Raid 2021. Leur défi, passer les barrières horaires. Nombreux sont ceux à mener une bataille contre le temps, la chaleur et la fatigue.

Ils sont encore nombreux dans les sentiers ce samedi 23 octobre, au troisième jour du Grand Raid. Les Fous de la Diagonale sont partis jeudi soir à 21h de Ravine Blanche à Saint-Pierre et les Bourbonnais du Trail hier soir à 21h de Cilaos.

La chaleur fait souffrir les corps

Les corps sont mis à l’épreuve comme rarement ils peuvent l’être. La chaleur se fait particulièrement ressentir cette année. Hier, même les têtes de course en ont souffert. L’américain Dylan Bowman a pris un coup de chaud, les autres Favoris comme Francesco Cucco ou Cédric Chavet y sont allés à coup de bassine d’eau.

Le premier Réunionnais, Judicael Sautron, pourtant habitué au climat local, a lui aussi un peu souffert.

Grand Raid : les raideurs vaincus par la chaleur ©Réunion la 1ère

Même ressenti ce samedi pour les Raideurs du Trail de Bourbon qui ont passé leur première nuit dans les sentiers. Le passage de la Plaine-des-Merles au matin après la montée du Piton-des-Neiges a par exemple été l’occasion d’un petit coup de fatigue pour Eddy Palma. Mais pas d’inquiétude, un coup de fil à la famille et il est reparti.

Grand Raid : Dann Santié ek Eddy Palma ©Réunion la 1ère

Un physique et un mental d’acier

Il y a Mafate et puis viennent les derniers kilomètres. Ils sont généralement les plus durs. Après la montée de Dos d’Ane, les coureurs arrivent éprouvés à La Possession. Pour tenir jusqu’au bout, les raideurs doivent faire preuve d’un mental d’acier pour tenir.

Grand Raid : de la joie, des larmes et de la sueur ©Réunion la 1ère