Grand Raid 2021 : revivez l'arrivée de Marc Clément, un des deux "finishers" de la Diagonale des Fous

trail
Grand Raid : Marc Clément dans la descente du Colorado
Grand Raid : Marc Clément dans la descente du Colorado ©Laura Philippon
C’est l’autre "star" du Grand Raid. L’arrivée du dernier "survivant" de la Diagonale des Fous est un moment presque aussi suivi que celle du premier Fou. Après 3 nuits et 3 jours dans les sentiers, effectuer les derniers kilomètres relève de l’exploit. Cette année, ils sont deux.

Un peu moins de 6 km séparent le dernier poste de pointage situé au Colorado, dans le quartier de La Montagne, et la ligne d’arrivée au stade de La Redoute à Saint-Denis. Chaque année, le dernier Fou de la Diagonale est toujours très attendu à ce poste, ses derniers kilomètres particulièrement scrutés.

Deux coureurs ont franchi la ligne d'arrivée ensemble à 16h11, soit après plus de 66 heures passés dans les sentiers de La Réunion. Marc Clément et Georges Assassa sont les deux derneirs "survivants" de la Diagonale des Fous 2021.

Grand Raid : George Assassa et Marc Clément terminent la diagonale
Grand Raid : George Assassa et Marc Clément terminent la diagonale ©Géraldine Blandin

Marc, 57 ans, dernier "finisher" ex-aequo

La descente vers le stade de la Redoute relève de l’exploit pour les derniers Fous, partis jeudi 21 octobre à 21h de Ravine Blanche à Saint-Pierre. A ce stade, ils ont déjà passé 3 nuits et sont à la moitié de leur 3ème journée dans les sentiers.

Cette année, le dernier des Fous de la Diagonale à passer le poste du Colorado s’appelle Marc Clément, dossard n°293. Il est le dernier "finisher", aussi appelé le dernier "survivant", à entamer la descente vers le stade de La Redoute. C’est la 4ème tentative pour ce parisien de 57 ans, et cette fois la bonne. Une descente difficile physiquement, mais qui se fait avec le soutien des serres-files.

Il faut dire que le sentier est particulièrement technique. Après plus de 150 km dans les sentiers de La Réunion, Marc a les jambes "raides". Il souffre de crampes et d'ampoules.

Les serres-files l'ont trouvé endormi sur le bord du parcours. Avec un peu d'alimentation, il a pu repartir et passer a temps la dernière barrière horaire. L'alimentation a été compliquée pour lui durant ses 3 jours de course. A quelques kilomètres de l'arrivée, Marc ne rêve que d'une glace. 

Une arrivée partagée

A l'image des deux vainqueurs de la Diagonale des Fous, les deux derniers sont arrivés côte à côte. Marc Clément a rattrapé l'avant-dernier, quelques centaines de mètres avant le stade de La Rédoute, après avoir passé le Pont Vinh San. 

Georges Assassa, dossard n°1547, est un ancien professeur des écoles. Il a déjà bouclé plusieurs Diagonales. C'est le dos bloqué qu'il a accompli les derniers kilomètres de la course. 

Marc Clément, des larmes dans les yeux, et Georges Assassa ont franchi la ligne d'arrivée avec les vainqueurs, Ludovic Pommeret et Daniel Jung, et la 1ère femme de la Diagonale des Fous, Emilie Maroteaux. Stan, ami de 30 ans de Marc et coureur du Trail de Bourbon, a accompagné et soutenu Marc sur la fin de sa course. 

La Diagonale, course intense, était son rêve

Marc Clément a déjà fait le Marathon des Sables et court le Marathon de Paris tous les ans sauf cette année, mais rien ne ressemble à La Réunion pour lui. La Diagonale des Fous étaient son rêve. Le relief de l'île rend cette course particulièrement intense et compliquée.

Les premières difficultés sont apparues au niveau de Mare à Boue, confie le raideur. Marc est tombé à plusieurs reprises sur le parcours, particulièrement au niveau du coteau Kerveguen. Il s'est retrouvé les deux pieds dans le ravin et s'est pris une branche dans les côtes. Là, il reconnait s'être fait peur. 

S'il avait pris de l'avance en entrant dans Mafate, Marc se sentait confiant. Une avance qui a cependant fondue avec la chaleur qui a lourdement impacté les coureurs dans le cirque. 

Grand Raid 2021 le dernier Fou de la diagonale dans la descente vers la redoute Marc Clément
©Laura Philippon

Marc est un amoureux de La Réunion. Il est déjà venu dans l'île près de 10 fois. Parmi ses randonnées préférées, celle de la canalisation des Orangers ou encore le sentier du Taïbit.

En métropole, ses terrains d'entrainement sont Montmatre ou encore la Forêt de Fontainebleau, au sud de Paris. Marc Clément est venu seul de métropole. Ses deux enfants le suivent depuis Paris. Lors de la descente vers La Redoute, il a eu sa fille de 26 ans Suzie au téléphone. Arrivé dimanche dernier, il repartira samedi prochain.

Epuisé mais heureux d’être presque arrivé

Depuis le départ à Ravine Blanche jeudi 21 octobre à 21h, il a passé 3 nuits dans les sentiers. Des nuits durant lesquelles il n’a quasiment pas dormi. Il n’a pas beaucoup mangé non plus depuis le départ. Au poste du Colorado il a tenté de manger une banane.

Marce Clément dernier Diagonale au Colorado
Marc Clément ©Laura Philippon

S’il est très fatigué, il est heureux d’être presque arrivé. Ce parisien qui travaille dans le numérique avait tenté sa chance sur le Grand Raid en 2015, 2016 et 2018. Pour Marc Clément, il s'agit d'une aventure personnelle, un véritable défi. 

Grand Raid 2021 : le dernier raideur de la Diagonale des Fous pointé au Colorado au micro de Delphine Poudroux ©Réunion la 1ère

Le dernier n'est pas le dernier ?

Pour la petite histoire, si Marc Clément est le dernier de la Diagonale des Fous, le dernier à avoir pointé au poste du Colorado est cependant Marc Antoine Colonna, dossard n° 2550. Le restaurateur parisien de 35 ans a fait demi-tour sur le parcours pour venir en aide à sa copine Charline, qui courrait le Trail de Bourbon. Il a refait 35 km en arrière.

Pour sa bonne action, l'organisation lui a accordé des poitns bonus, soit 2 heures de bonnus sur chaque poste. Techniquement, il n'est donc pas le dernier de la Diagonale des Fous. 

GRand Raid 2021 dernier pas dernier
©Willy Fontaine

Le Colorado, le poste de réconfort avant l’arrivée

Sur le poste du Colorado, les bénévoles étaient aux petits soins pour les derniers. Ils ont essayé de leur donner la motivation et les forces pour accomplir les derniers kilomètres.