Les habitants du Maido ont du mal à pardonner

justice
20170221 Feu
©Réunion1ère
 Ce lundi a débuté aux Assises, le procès en appel de Patrice Nirlo. L’ancien sapeur pompier, reconnu coupable d’avoir allumé des feux destructeurs aux Maido en 2010 et 2011.
Dans cette région des hauts sous le vent, le procès est suivi avec attention.
2010 et 2011 : deux années de suite, des incendies ont détruit des centaines d’hectares d’une forêt exceptionnelle, celle du Maido.
Des feux qui restent gravés à jamais dans la mémoire des habitants qui ont du pour certains quitter leurs maisons. Les agriculteurs se souviennent d’avoir tremblé pour leurs bêtes, les restaurateurs ont fermé leurs cuisines.La vie était suspendue à la progression des flammes.
Sur la route menant au massif, jour après jour, le village de Petite-France a vécu le ballet incessant des camions citernes, le passage de contingents de pompiers de la Réunion et de Métropole, dans le ciel résonnait sans cesse le bruit des hélicoptères et du Dash.

En revoyant les images diffusées au tribunal, l’ancien caporal condamné en première instance à 12 ans de prison, pleure et dit sa honte. Les habitants n’ont pas oublié, le pardon est difficile.
En images avec Thierry Chapuis et Philippe Vaitilingom
©reunion
Les Outre-mer en continu
Accéder au live