réunion
info locale

L’île Maurice invitée à cesser l’exportation de singes de laboratoire

océan indien
Singes de Maurice
©l'Express de Maurice
Le parlement du Royaume-Uni est saisi d’une motion en faveur de l'arrêt de l’importation de singes de laboratoire.
73% des primates importés proviennent de Maurice et du Vietnam.
L’ile Maurice est directement visée par une Early Day Motion (Ndlr : motion urgente) déposée devant le parlement du Royaume-Uni pour stopper les importations de singe de laboratoire.
En plus des récents reportages sur le sort  réservés à ces primates dans les élevages et dans les laboratoires vient d’être publié une nouvelle étude de Cruelty Free international.
Les auteurs démontrent que ces animaux sont soumis à des expériences douloureuses et pénibles dans les laboratoires du pays.
 
1343 primates utilisés au Royaume-Uni en 2014 venaient de Maurice
 
Andrew Rosindell, le député, à l’origine de cette motion souligne dans l’Express de Maurice : « 73 % des singes sont importés de Maurice et du Vietnam. Il est désormais prouvés que la souffrance infligée à ces bêtes de part ces expériences ne conduisent à aucun avantage scientifique, médical ou social. C’est une raison suffisante pour que le gouvernement mette en place une stratégie pour éliminer progressivement l’utilisation des primates dans les expérimentations ».
Selon les chiffres des associations impliquées dans ce dossier 2954 exercices de recherche ont été effectués au Royaume-Uni en 2014, les singes étaient utilisés dans 54 % d’entre eux. 1343 primates utilisés venaient de l’île Maurice.
 
« Des animaux intelligents et sociaux »
 
Cette motion est très sérieuse et elle pourrait avoir un effet boule de neige dans d’autres pays européens ou aux Etats-Unis. Maurice est le premier fournisseur au monde de singes pour les laboratoires médicaux, pharmaceutiques. Des milliers de singes sont vendus dans le monde tous les ans. Un marché de plus en plus contestés.
Michelle Thew, chef de la direction, de Cruelty Free International se réjouit de la démarche des députés britanniques : « il est inacceptable que ces animaux très intelligents et sociaux continuent à être exportés et utilisés pour des expériences cruelles et douloureuses ».
Publicité