Intoxication au monoxyde de carbone : l’ARS appelle à la prudence pendant l’hiver austral

santé
Intoxication au monoxyde de carbone : l’ARS appelle à la prudence pendant l’hiver austral
Intoxication au monoxyde de carbone : l’ARS appelle à la prudence pendant l’hiver austral. ©Imaz Press
A La Réunion, l’hiver austral est propice à l’utilisation de matériels de chauffage qui peuvent être à l’origine d’intoxications au monoxyde de carbone. Une personne a déjà été hospitalisée dans l’île. L’ARS appelle à la prudence.
Le risque d'intoxication au monoxyde de carbone est silencieux et peut parfois être mortel. En ce début d’hiver austral à La Réunion, l’Agence Régionale de Santé appelle à la prudence. Une personne a été prise en charge à l'hôpital depuis le début de l'hiver dans l'île.

En France, chaque année, le monoxyde de carbone cause près d’une centaine de décès. En 2019 à La Réunion, treize personnes ont été prises en charge dans un service d’urgences pour une intoxication au monoxyde de carbone.

Regardez les précisions du Colonel Patrick Lallemand : 
Colonel Patrick Lallemand Médecin SDIS 974
 

Les risques à La Réunion

L’ARS demande donc aux Réunionnais d’être vigilants dans l’utilisation de matériels de chauffage qui peuvent être à l’origine d’intoxications au monoxyde de carbone.

Selon les enquêtes environnementales menée par l’ARS dans l’île, les causes sont souvent un dysfonctionnement de chauffe-eau à gaz, couplé à une ventilation insuffisante ; une utilisation inappropriée d'un barbecue ou d'un brasero en chauffage d'appoint ; ou encore une utilisation d'un groupe électrogène dans un local proche de l'habitation, sans conduit d'évacuation des gaz d'échappement vers l'extérieur.

Regardez le reportage de Réunion La1ère : 
©reunion
 

Un gaz incolore et indolore

Le monoxyde de carbone est un gaz incolore et inodore. Il est donc indétectable par l’homme. Sa présence résulte d’une combustion incomplète, et ce, quel que soit le combustible utilisé : bois, butane, charbon, essence, fuel, gaz naturel, pétrole, propane. Il se diffuse très vite dans l’environnement.

Il faut donc être attentifs aux symptômes de l'intoxication : maux de tête, nausées, confusion mentale, fatigue. Ils peuvent ne pas se manifester immédiatement. En cas d’apparition de symptômes, il est recommandé d’aérer les locaux, d’arrêter si possible les appareils à combustion, d’évacuer les lieux et d’appeler les secours en composant le 15, le 18 ou encore le 112.


Les recommandations de l’ARS

Par ailleurs, en prévention pour éviter tout risque d’intoxication mortelle, l’ARS donne les recommandations suivantes :

-Faites vérifier chaque année vos installations par un professionnel : chauffe-eau et chauffe-bains, chaudières, cheminées, inserts et poêles, conduits d’aération ;
-Faites effectuer un ramonage mécanique de vos conduits et cheminées au moins une fois par an
-Aérez votre logement et ne bouchez jamais les entrées d’air ;
-N’installez jamais de chauffe-eau à gaz à circuit non étanche dans une salle de bains ou dans une pièce à vivre (chambre, séjour) ;
-N’installez jamais un groupe électrogène dans un lieu fermé (maison, cave, garage…) : il doit être impérativement placé à l’extérieur des bâtiments ;
-N’utilisez jamais pour vous chauffer des appareils non destinés à cet usage : réchauds de campings, braséros, barbecues, fours etc.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live