La Nouvelle Route du Littoral au menu d’une Assemblée Plénière exceptionnelle à La Région, les Réunionnais sont dans l’expectative

travaux publics saint-denis
NRL chantier nouvelle route du littoral 281119
©Réunion la 1ère
Quand pourra-t-on circuler sur la Nouvelle Route du Littoral ? La question est sur toutes les lèvres. Surtout celles des automobilistes coincés chaque matin dans les bouchons entre Saint-Paul et Saint-Denis, à l’image de ce matin avec 17 kilomètres d’embouteillages enregistrés.

"Patience" et "obligation".... Ce sont les termes qui reviennent le plus souvent lorsque l'on interroge les automobilistes bloqués dans les embouteillages à l'entrée Ouest de Saint-Denis, et vice-versa. En moyenne, plus de 66 000 usagers empruntent la Route en Corniche pour se rendre dans le chef-lieu. Des habitués de bouchons bien gratinés qui s'organisent pour faire face aux conditions de circulation difficile. 

Patience, parfois on sort plus tôt. Il faut deux heures pour faire le trajet Guillaume-Saint-Denis.

Automobiliste

 

Il n'y a pas d'autres solutions pour le moment, si ce n'est de passer par la RD41, route de La Montagne. Une solution qui ne fait pas vraiment gagner du temps. Alors les automobilistes "font avec" pour "avoir son gagne pain, pour nourrir sa famille".

Une ouverture de la NRL très attendue

Quand on leur demande ce qu’ils attendent de la Nouvelle Route du Littoral, la réponse est simple et claire :

Juste qu’elle ouvre, c’est tout ce que j’attends!

Automobiliste

 

Les automobilistes, résignés, souhaitent que le chantier puisse enfin être livré en totalité.

Ça fait longtemps qu’on attend. On a le temps de mourir

Automobiliste

 

Le reportage de Réunion La 1ère

Attentes automobilistes NRL : Les automobilistes en ont ras-le-bol des embouteillages tous les jours pour rejoindre Saint-Denis

 

Le premier accropode de La Nouvelle Route du Littoral a été posé en décembre 2013, le 20 décembre précisément. Et depuis, ce pharaonique chantier, porté par le Président de Région Didier Robert, n’a cessé de faire couler de l’encre. A l’époque, c’est un budget de 1.6 milliards d’euros qui était annoncé, soit environ 130 millions d’euros le kilomètre.

Depuis, le chantier fait face à des déconvenues en cascade et des recours judiciaires. La Srepen, association de lutte pour la préservation de la nature et de l’environnement, s’était  élevée dès 2013 contre l’autorisation des travaux délivrée par le Préfet Jean-Luc Marx.

 

Puis c’était au tour de l’attribution des marchés d’être devant la justice. En 2013 toujours, le groupe Eiffage avait demandé l’annulation de l’attribution des marchés au groupement SBTPC-GTOI-Vinci pour la construction des digues. Eiffage sera débouté.

Grèves en cascade

En 2015, une centaine de salariés du groupement SBTPC-GTOI-Vinci a débrayé pour protester contre des modifications de planning de travail jugées intempestives.

 

En janvier 2020, le chantier reprend après des mois d’arrêt. Cette fois ce sont les transporteurs qui montaient au créneau, en cause le manque d’approvisionnement en roches massives.

La problématique des carrières

Construire une route sans roche, ou très peu… La Nouvelle Route du Littoral en fait l’expérience depuis son lancement. Que l’on parle de la carrière des Lataniers à La Possession ou celle de Bois-Blanc à Saint-Leu, l’ouverture des sites en vue de l’extraction de roches destinées à la Nouvelle Route du Littoral a fini invariablement devant le tribunal. Des démêlés judiciaires qui retarde la livraison du chantier notamment la partie digue entre La Grande-Chaloupe et La Possession.

 

Les accropodes mal posés et un chantier toujours plus retardé

En octobre dernier, nouveau rebondissement pour le chantier. On découvre que des centaines d’accropodes, structures qui doivent assurer la protection de la route contre les vagues, ont été mal posés. Des milliers d’autres, eux, doivent être déplacés.

Des travaux supplémentaires qui engendrent des coûts et un délai supplémentaire dans la livraison de la route. Peut-on parler d'échec pour l'ancienne mandature? Pour Dominique Fournel, ancien vice-président de Région, en charge des grands travaux,  "la gestion a été menée à bien". Quant aux retards sur le chantier, la cause vient "des oppositions" aux carrières.

Réaction de Dominique Fournel sur la NRL

 

La nouvelle présidence de La Région annonçait en octobre dernier qu’une Assemblée Plénière extraordinaire se tiendrait pour faire toute la lumière sur le chantier qui dépasse désormais largement les deux milliards d’euros de budget.

Le reportage de Réunion La 1ère :

NRL : un chantier à rebondissement

 

Demain, à l’ordre du jour de cette session, que vous pourrez suivre sur Réunion La 1ère TV, Radio et Web dès 9h, il sera probablement question d’une nouvelle dotation budgétaire et d’une date de livraison de la Nouvelle Route du Littoral. Quant à la partie déjà terminée entre Saint-Denis et la Grande Chaloupe, les Réunionnais devraient pouvoir rouler dessus, au mieux, en 2022.