Le Grand Port Maritime de La Réunion congestionné, les transporteurs maritimes sont rappelés à l'ordre

transports
Les conteneurs s'entassent au Port-Est. (photo d'illustration).
Les conteneurs s'entassent au Port-Est. (photo d'illustration). ©Imaz Press
Faute de places disponibles, les transporteurs maritimes sont de plus en plus réticents à desservir La Réunion. Les conteneurs vides s’entassent et ne repartent pas. Huguette Bello appelle donc les transporteurs maritimes à prendre leurs responsabilités.

Des transporteurs moins nombreux à venir à La Réunion, des conteneurs vides qui ne repartent pas et qui s’entassent, un manque de place pour de nouvelles importations, des marchandises qui se raréfient et des prix qui augmentent. Le tableau n’est pas rose en matière d’approvisionnements maritimes à La Réunion.  

Membre du Conseil de surveillance du Grand Port Maritime de La Réunion, la présidente de la Région Réunion sonne l’alerte. Elle appelle les acteurs du transport maritime à prendre leurs responsabilités et à dialoguer avec les acteurs économiques locaux.      

Retards de livraison et hausse des coûts pour les acteurs économiques locaux 

Huguette Bello relaie ainsi les inquiétudes des acteurs économiques locaux confrontés aux retards de livraison accumulés, l’approvisionnement de l’île étant en jeu. Plusieurs acteurs du transport maritime sont en effet réticents à desservir La Réunion du fait des difficultés de congestion du Grand Port Maritime.  

Les fréquences de départ des bateaux diminuent et les conteneurs vides ne sont plus évacués. Moins de bateaux et des conteneurs qui ne repartent pas, c’est moins de place pour stocker les conteneurs arrivants. Certains acteurs économiques locaux se retrouvent à assumer la charge du stockage des conteneurs vides dans un contexte de raréfaction du foncier à destination des entreprises.  

Moins de transporteurs maritimes desservant La Réunion, c’est aussi la compétitivité du Grand Port Maritime qui est impactée. Certains acteurs lui préfèrent désormais les ports de King Abdullah en Mer Rouge, de Colombo au Sri Lanka ou encore de Port-Louis à Maurice.  

Limiter le risque d’augmentation des prix pour les consommateurs  

Faute de place pour décharger, certains transporteurs maritimes sont réticents à desservir La Réunion et en conséquence moins de marchandises entrent dans l’île. La chaine logistique est impactée et des ruptures de marchandises sont constatées dans certains rayons des magasins.  

Afin que le consommateur soit le moins impacté possible, notamment en matière d’augmentation des prix, la préfecture recevait le 15 février dernier les acteurs du transport maritime, de l’importation et de la distribution. Ces acteurs ont signé, sou l’égide du ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, une charte par laquelle ils s’engagent pour assurer la sécurité des approvisionnements de l’île.  

Parmi les engagements pris figuraient "la stabilisation du volume de fret vers La Réunion" ou encore " le maintien de prix et marges cohérents pour garantir les meilleurs prix dans un système concurrentiel juste et actif ".  

Les travaux ayant abouti à la signature de la charte devraient être poursuivis et prolongés dans les mois à venir, assurait la préfecture de La Réunion.