Les sapeurs-pompiers, autorisés à vacciner, demandent des garanties

coronavirus
La vaccination a débuté pour les sapeurs-pompiers de Saint-Denis.
©Sébastien Autale

S’ils ont été parmi les premiers à être vaccinés, ils sont désormais de ceux qui vaccinent. Cependant, si l’autorisation a bien été délivrée aux pompiers, par un décret publié au Journal Officiel le vendredi 12 mars, reste que les modalités doivent être clarifiées pour le SNSPP PATS974.

Depuis la parution vendredi dernier d’un décret au Journal Officiel, le gouvernement autorise donc les sapeurs-pompiers à administrer le vaccin à toutes les personnes sauf "à celles ayant des antécédents de réaction anaphylactique". Un point spécifique qui met au jour la notion de responsabilité dans la pratique de cet acte.

Dans certains départements de l’Hexagone, comme dans l’Hérault, les pompiers ont été mobilisés dans les centres de vaccination dès ce week-end. Pour cela, ils ont reçu une journée de formation en amont.

Une indispensable formation

A La Réunion, le syndicat SNSPP PATS 974 n’est pas opposé à la démarche, mais demande des clarifications. Désormais, les titulaires de la formation Secours d’urgence à la personne, ce qui représente l’ensemble des soldats du feu, y sont autorisés. Mais le décret ne délivre aucun détail sur la formation qui sera dispensée aux volontaires.

Pour le président du syndicat, Willy Lauret, la journée de formation est pourtant indispensable, car il s’agit d’un geste médical. Jusqu’à présent, seuls les infirmiers et les médecins du Service Départemental d’Incendie et de Secours étaient habilités à réaliser les injections, car encadrés par un protocole médical strict.

Une nécessaire clarification

Pour le SNSPP PATS 974, il s’agit d’une évolution du métier de sapeur-pompier, c’est pour cela qu’il demande à ce qu’elle soit "bien encadrée". Formation et rémunération doivent accompagner cette évolution, selon son président.

Il s’agit bien d’un "geste technique" qui engage la responsabilité de ceux qui le pratiquent, selon Willy Lauret. A ce titre, le SNSPP PATS demande que l’acte soit notamment rémunéré, comme c’est le cas pour les médecins qui administrent le vaccin anti-covid.

Un courrier a été envoyé au ministre de tutel, Gréald Darmanin, pour demander plus de transparence et de dialogue dans ce dossier. L'urgence sanitaire ne justifie pas tous, estiment les sapeurs-pompiers.

Le reportage de Réunion la 1ère.

Campagne de vaccination anti-covid : les sapeurs-pompiers, autorisés à vacciner, demandent des garanties ©Réunion la 1ère

Vers une intensification de la campagne de vaccination

L’autorisation de vacciner délivrée aux sapeurs-pompiers intervient alors que les autorités s’engagent dans une démarche d’intensification de la campagne de vaccination. A La Réunion, le nombre de doses de vaccin est actuellement de 7 000, contre 4 200 en début de campagne.

Il devrait encore doubler d’ici le mois d’avril annonçait en fin de semaine dernière l’Agence régionale de Santé de La Réunion. Dès le lundi 22 mars, la vaccination devrait ouvrir aux personnes de plus de 60 ans, contre 65 ans actuellement, ayant une pathologie à risque de forme grave de Covid.

Pour ce faire, les capacités de vaccination sont ainsi développées dans certains centres. En date du jeudi 11 mars, 22 700 personnes ont été vaccinées à La Réunion.