Madagascar : 8 décès et 994 tests positifs en une semaine

coronavirus
Madagascar bilan Covid 13 décembre 2021
©Capture d'écran Madagascar-Tribune
Madagascar est à nouveau frappé par une recrudescence de cas de Covid-19. En une semaine, les autorités sanitaires ont enregistré 8 décès et 994 cas positifs lors de 7 828 tests. 17 régions de la Grande île sont touchées. 48 malades ont été hospitalisés.

Madagascar est confrontée à une nouvelle vague de Covid-19. Le pays, dont la superficie est égale à celle de la France et de la Belgique, compte 28 millions d'habitants. Pour l'instant, les chiffres enregistrés par le ministère de la Santé n'inquiètent pas les autorités, mais la vigilance est renforcée, tout comme les tests.

Cette pandémie, si redoutée et qui s'annoncait tragique dans les pays les plus pauvres de la planète, est moins létale qu'en occident. Les Malgaches souffrent malheureusement, plus souvent de faim, de soif, de paludisme, dengue, gastro que d'obésité et de diabète (NDLE : deux facteurs de commorbidités avec la Covid-19). Madagascar-Tribune précise : " Le point de situation publié samedi par le ministère de la Santé publique révèle l’existence de 994 nouveaux cas confirmés de Covid-19 en une semaine (entre le 4 et le 10 décembre) soit plus du double de la semaine passée. À cela s’ajoutent 8 nouveaux décès et 48 formes graves de la maladie, contre une vingtaine la semaine dernière".

Covid, sécheresse, vie chère

 

Avec les fêtes de Noël, les politiques invitent la population à faire très attention. Une précaution oratoire confirmée par un médecin contacté par L'Express de Madagascar : "Le respect des gestes barrières est essentiel. Il faut maintenir les bonnes habitudes notamment la protection via les masques et le lavage des mains. On n'est pas encore tiré d'affaire. Le nombre de nouveaux cas de Covid pourrait augmenter".

Le pouvoir est confronté à quatre nouveaux problèmes majeurs. La sécheresse frappe toujours le Sud, mais elle s'étend désormais à la capitale et plus généralement aux hauts plateaux. Cette calamité est accentuée par le déplacement vers le Nord des réfugiés climatiques. Ces paysans s'installent comme ils peuvent. Ils brûlent la forêt avoisinante pour planter, désherber et faire du charbon de bois. 

Enfin, les habitants d'Analakely, quartier populaire de Tananarive, ont manifesté en fin de semaine contre la vie chère. Avec la crise Covid, les prix explosent et les plus pauvres n'ont plus les moyens de subvenir aux besoins de leur famille, explique 2424.mg.