Madagascar : disparition d'un enfant de 5 ans atteint d'albinisme

maladie
Journée consacrée à l'albinisme 22 juin 2022
13 enfants albinos ont été enlevés par des criminels ces deux dernières années dans le Sud de Madagascar ©Capture d'écran Unicef
Une semaine, après la journée consacrée à la défense des personnes atteintes d'albinisme, un garçonnet albinos, âgé de 5 ans, a été enlevé dans le Nord-Est de la Grande île. Les forces de l'ordre tentent de le retrouver le plus vite possible, mais le pire est à craindre.

Un enfant de 5 ans a été enlevé, ce lundi 22 juin 2022, à Sirama Ambalobé. Il a disparu alors qu'il jouait dans la rue avec ses amis du même âge. Les gendarmes ont lancé des recherches pour le retrouver au plus vite, mais pour l'instant, ces investigations restent vaines, nous apprend Midi-Madagascar

13 mineurs victimes de cette particularité génétique ont disparu, ces deux dernières années, dans le Sud de la Grande île. Des bandes se sont spécialisés dans le rapt des personnes atteintes d'albinisme. Ces criminels les séquestrent et n'hésitent pas à les tuer pour prélever leurs yeux et leurs organes vitaux au cours de "rites magiques". 

Ces croyances mystiques sont, malheureusement, partagées dans de nombreux pays en Afrique où les albinos sont victimes de maltraitances et parfois sont assassinés.

Une journée pour sensibiliser à l'albinisme

La disparition, en début de semaine de cet enfant de 5 ans, démontre l'ampleur du travail à effectuer pour sensibiliser la population à l'albinisme. La dépigmentation oculo-cutané est due à une mutation génétique. Il n'y a pas la moindre magie dans l'albinisme. Les personnes touchées par cette caractéristique peuvent souffrir de malvoyance et peuvent également être victimes de cancer de la peau. 

Lundi 13 juin 2022 (NDLR : la semaine dernière), les autorités malgaches et les associations d'aide aux albinos se sont réunies à Tolagnaro (Fort-Dauphin), dans le Sud à l'occasion de la journée de sensibilisation à l'albinisme organisée par l'Unicef.

Une fois encore, tous ont tenté d'expliquer que cette "différence" n'était ni une calamité, ni un don comme le montre ce reportage de 2424.mg.