Madagascar : la capitale, parmi les villes, les plus embouteillées au monde

transports
Bouchons à Tana 8 juillet 2022
Circuler à Tana est devenu un défi. Cette situation invivable fait entrer la capitale malgache à la 134e place sur 150 des mégapoles les plus stressantes au Monde. ©Capture d'écran Icimadgascar.fr
La Banque Mondiale vient de publier son classement annuel des capitales les plus, et les moins stressantes, au monde. Antananarivo apparaît la 134ème place sur 150 où la qualité de vie est très dégradée. Les bouchons incessants dans la capitale malgache génèrent de la pollution et du stress.

La modernité a ses limites et ses maux. Antananarivo dit Tana, la capitale, l'apprend quotidiennement à ses dépens. Des bouchons monstrueux compliquent les déplacements. Ils génèrent de la pollution et du stress. 

Tous les ans, la Banque Mondiale publie son classement des 150 capitales en fonction de la qualité de vie qu'elles offrent à leurs habitants.

Mada a de nombreux atouts, mais pas seulement. L'éloignement géographique de la Grande île, les liaisons contraintes pour voyager dans le monde, l'absence de nombreux services publics et privés, communs et accessibles en Occident, grèvent la note de la capitale malgache. 

Le gros point noir du rapport de la Banque Mondiale concerne "la congestion du trafic d’Antananarivo", écrit 2424.mg. En 2022, Tana est classée à la 134place sur 150 capitales, dans le classement des mégapoles de la moins à la plus stressante.

40 millions de dollars par an

Les bouchons ne sont pas uniquement une source de stress. Ils ont des conséquences économiques. Selon les auteurs de l'étude, ces embouteillages ont un coût important pour les sociétés installées à Tana. Ils estiment que cette sclérose de la capitale à 40 millions de dollars, soit 0,34 PIB du pays, une évaluation confirmée par l'institution Bretton Woods. 

Cette photographie ponctuelle de la vie dans la capitale, sera-t-elle identique dans un an. Ces dernières semaines, il est énormément question de l'augmentation du prix des carburants et plus généralement des énergies. La moindre hausse de quelques centimes va avoir des conséquences sur le déplacement des habitants et sur leur pouvoir d'achat (soin, éducation, nutrition, etc.).