Madagascar : les enfants albinos victimes de croyances

faits divers
Enfant albinos malgache sauvé par les gendarmes le 16 septembre 2021
©Capture d'écran L'Express de Madagascar
Un enfant albinos, âgé de 10 ans, a été sauvé par les gendarmes, ce jeudi 16 septembre 2021. Les ravisseurs voulaient revendre les yeux du marmaille à un sorcier pour concocter une potion d'invisibilité et de vision nocturne. Fin août deux enfants albinos ont été tués pour la même déraison.

Des croyances imbéciles persistent dans tous les pays du monde. En Afrique, des légendes prêtent des pouvoirs aux personnes atteintes d'albinisme. Pourtant, cette "maladie génétique" n'a rien de miraculeux et n'offre pas de dons surnaturels aux personnes atteintes de dépigmentation mélanique. 

Dans la nuit du lundi 6 au mardi 7 septembre 2021, des malfaiteurs ont enlevé un enfant de 10 ans, lors d'une veillée funéraire dans un village de Betioky-Sud. Les ravisseurs avaient repéré l'enfant albinos. Ils avaient décidé de lui ôter les yeux pour les vendre à un sorcier de la région. Dans des villages reculés de brousses, des personnes affirment qu'il est possible de créer des potions d'invisibilité et de vision nocturne en produisant une mixture à base d'yeux d'albinos..

Tragiquement absurde !

Par chance, après dix jours de recherche, les gendarmes ont retrouvé la petite victime. Les trois auteurs de ce rapt abject sont en prison, nous apprend L'Express de Madagascar.

Betioky-Sud Madagascar
©Google Maps

Deux enfants albinos décapités

 

Un officier de gendarmerie, expliquait fin août, à Midi-Madagasikara : "Les enfants albinos sont livrés à eux-mêmes, ils vivent dans une terreur permanente". Tous les ans, début septembre, les dahalo enlèvent et tuent des "marmailles atteints" d'albinisme. Il y a trois semaines, les criminels ont décapité les victimes devant leurs mères. Là encore, seuls les yeux des marmailles les intéressaient pour obtenir, un prétendu pouvoir.

Les gendarmes du Sud luttent en permanence contre les trafics d'être humains, d'organes et d'ossements. Dans la grande majorité de ces affaires, les kidnappeurs n'hésitent pas à tuer et à prélever l'organe qu'ils recherchent sur place, devant des familles horrifiées. Selon les témoignages recueillis par les militaires ces criminels veulent satisfaire des guérisseurs qui détiendraient le secret de rites "ancestraux" pour les rendre invulnérables face aux balles des gendarmes...

Betroka Madagascar
©Google Maps