Madagascar reprendra ses vols vers les Comores quand 50 kg d'or seront restitués

transports
Air Madagascar
(Illustration) ©Flick'r (CC)
Madagascar a cessé unilatéralement les vols entre Antananarivo et Moroni, aux Comores. Aucun motif n'a été évoqué, cependant, aux Comores cette suspension de la liaison aérienne entre les capitales est liée à la confiscation des 50 kg d'or saisis en décembre. La Grande île attend la restitution de ses lingots.

La décision unilatérale d'Air Madagascar, de suspendre ses vols entre Antananarivo et Moroni, a été prise dans la nuit du 19 au 20 juillet 2022. Le couperet est tombé sans avertir l'archipel voisin. Autant dire que cette mesure brutale a désarçonné les gestionnaires de l'aéroport et les clients comoriens de la compagnie malgache. 

Selon, les dirigeants locaux, cette sanction serait liée à la saisie de 50 kg d'or lors du démantèlement d'un réseau de contrebandiers. Les lingots étaient importés par la mer sur l'île de la Grande Comore. De là, ils étaient expédiés vers les Émirats Arabes Unis. 

Ce réseau a été démantelé grâce aux douaniers comoriens. En décembre dernier, ils se sont intéressés aux bagages d'un Comorien et de deux Malgaches. Ils ont alors découvert le trésor. Un trafic qui avait débuté, au moins, en septembre 2021.

L'exécutif surpris de ne pas avoir été avisé 

Cette interruption de la liaison aérienne entre les deux pays serait due à la non-restitution des 50 kg d'or. Interrogé sur le sujet par La Gazette des Comores, Houmeid Msaidie, porte-parole du gouvernement, veut résoudre cette tension au plus vite : "Nous ne comprenons pas pourquoi on arrive à cette position extrême. Nos deux pays ont montré à quel point ils peuvent s'entendre quand la sécurité des uns ou les intérêts des autres sont remis en cause. De ce fait, on a procédé à des extraditions. Donc tout ce qui pourrait nous opposer pourrait se régler par le dialogue. Par conséquent, nous avons entamé des discussions pour régler cette crise majeure."

L'affaire remonte au 28 décembre 2021. Trois individus s'apprêtaient à s'envoler à bord d'un jet privé vers Dubaï. L'enquête de gendarmerie aboutissait, deux jours plus tard, aux interpellations du directeur de l'aéroport d'Hahaya et de Fardi Abodo. Ce fils d'un célèbre juriste comorien est considéré comme le cerveau de cette affaire. Les complices malgaches ont été extradés.