réunion
info locale

Madagascar : trentre entrepreneurs français du Medef en visite

Océan Indien
Visite d'entrepreneurs français à Madagascar octobre 2019
©Capture d'écran Madagascar-Tribune
Madagascar continue d'entretenir des relations étroites avec la France, mais l'hexagone n'est plus le premier partenaire économique de la Grande île. A l'initiative du MEDEF, trente patrons français sont à Mada depuis lundi, pour renouer des liens légèrement distendus avec les industriels locaux.
Le mouvement des entreprises de France (MEDEF) tente de relancer les relations économiques entre Madagascar et la France. L'ex-colonie de 1897 à 1946, puis territoire d'outre-mer et indépendante depuis 1958. Avec le temps et les aléas politiques, les dirigeants ont privilégié les échanges avec la Chine (18,6 %) et l'Inde (9,3 %). Depuis 2017, la France occupe le troisième rang des fournisseurs de la Grande île avec 6,4 % du marché. 
C'est donc pour renouer avec les industriels locaux que 30 patrons ont décidé de répondre à l'invitation du MEDEF pour rencontrer leurs homologues de l'île Rouge.
 

Madagascar s'engage dans la lutte contre la corruption


Avant de faire le tour des industries susceptibles de devenir des partenaires, les entrepreneurs français ont rencontré le président de la République. Andry Rajoelina a insisté sur sa volonté de clarifier le monde des affaires : "Nous sommes ouverts aux relations économiques. Nous posons toutes les conditions pour améliorer l’environnement en luttant contre la corruption et en facilitant les procédures". Le Premier ministre, Christian Ntsay, s'est également voulu rassurant avec la délégation du MEDEF : "le pays maintient ses engagements dans la lutte contre la corruption afin de stabiliser les climats des affaires et politique afin d’accroître l’attractivité de l’île dans le domaine" écrit Madagascar-Tribune.
700 entreprises françaises travaillent déjà à Madagascar
  • 710,4 millions € de chiffre d’affaires, dans la fourniture d’énergie et de produits pétroliers. Groupe Axian, Groupe Rubis, Schneider Electric, Groupe SMTP, Total
  • 408,1 millions € de chiffre d’affaires dans le secteur industriel. Groupe Basan, Groupe SMTP, Food&Beverage et Holcim-Lafarge (ciment) ; Makiplast, Sacoplast, Technopet et la SMTP (industrie du plastique) ; Air Liquide (gaz industriel) ; Nivo S.A., SICD-Groupe Sipromad (produits ménagers)
  • 296 millions € grâce à la téléphonie et les multimédias Groupe Axian, Orange, Canal +, les installations d’infrastructures de télécoms (Camusat), le conseil en communication (Novo-Comm, France Pub), ainsi que la presse économique (Eco Austral)
  • 287 millions € de chiffre d’affaires proviennent de la grande distribution. Groupe Casino et Leader Price ; les concessionnaires automobiles : Groupe CFAO, Ocean Trade&Co, sans oublier les distributeurs grossistes : Soredim (Groupe Taloumis), Netter, Sanifer ; ou les revendeurs de matériels spécialisés : MC3, Regitech (informatique), HG (médical)
  • 171,8 millions € proviennent également des banques Société Générale, Groupe BPCE, mais aussi Microcred (devenu Baobab Bank en 2018). Les sociétés d'assurance française sont très bien implantées : l'ex-groupe Colina), Allianz, et Active Assurances. Les sociétés de crédit ont également le vent en poupe : Solidis Garantie, Miarakap, ou encore Investisseurs & Partenaires. Enfin, le cabinet Lexel occupe la branche du conseil juridique et fiscal se fait une place au soleil auprès des industriels de la Grande île. 
Publicité