Madagascar : une hausse du prix de l'huile alimentaire redoutée

consommation
Prix de l'huile de palme une hausse redoutée à Mada 3 mai 2022
Madagascar va s'appuyer sur ses stocks pour repousser à trois mois l'augmentation de l'huile de cuisson ©Capture d'écran 2424.mg
Après le gaz et les carburants, Madagascar se prépare à la hausse des prix de l'huile alimentaire. L'Indonésie a annoncé son intension de suspendre ses exportations d'huile de palme. Si les importations indonésiennes cessent les prix vont s'envoler.

Chaque jour, les mauvaises nouvelles affluent. Après le gaz, le carburant et l'électricité, Madagascar va devoir trouver des solutions pour amortir l'inflation inévitable des prix des huiles alimentaires sur les marchés. 

Le 28 avril 2022, l'Indonésie a décidé de cesser les exportations d'huile de palme. Plus de la moitié des importations de ces produits raffinés étaient importés à Madagascar arrivaient directement de ce pays (sur les 41 000 tonnes d'huile de palme raffinée importées en 2019, 20 369 venaient d'Indonésie). 

La Malaisie, autre grand producteur, ne pourra pas répondre à la demande mondiale. 

Madagascar espère pouvoir amortir le choc, comme l'explique à 2424.mg, Andrianiaina Randriamiaramahefa, directeur du Commerce intérieur : "Les prix resteront inchangés, pour le moment. Le plafonnement des prix ne changera qu’après l’épuisement des stocks actuels (NDLR : 3 mois)."

Hausse des salaires des fonctionnaires

C'est dans ce contexte, pour le moins tendu, que s'est déroulé le traditionnel défilé des syndicats malgaches. Une manifestation redoutée par l'exécutif. D'ailleurs, a connu une affluence plus importante que les années précédentes, écrit L'Express de Madagascar

Pour éviter que la colère s'exprime dans la rue, le président de la République, Andry Rajoelina, a officialisé la hausse des salaires. Le SMIG passe ainsi de 200 000 ariary à 220 000 et pour les fonctionnaires les émoluments progressent de 25% pour les agents aux revenus les plus bas, 13% pour les salaires moyens et 5% pour les fonctionnaires les mieux payés, précise Midi-Madagascar.  

Concernant le secteur privé, le Président a invité le patronat à réévaluer les grilles salariales en s'attardant sur des évolutions positives pour les plus modestes.