Marche blanche pour Marie-Reine : la Réunionnaise avait alerté les autorités plusieurs fois

faits divers
Marche blanche en hommage à Marie Reine, tuée à Vaulx-en-Velin par son mari
Marie-Reine avait 36 ans, et avait pour habitude de donner un coup de main au sein de l'association Les Mamas qui déchirent. ©Facebook Association Les Mamas qui déchirent
La nuit du 30 avril au 1er mai dernier, Marie-Reine, une Réunionnaise de 36 ans, était tuée par son mari à Vaulx-en-Velin dans le Rhône. Une marche blanche a été organisée en métropole ce samedi 28 mai, afin de lui rendre hommage.

Ce samedi 28 mai s’est tenue une marche blanche en hommage à Marie-Reine Hoarau, une Réunionnaise de 36 ans morte sous les coups de son mari fin avril dernier, à Vaulx-en-Velin près de Lyon.

Regardez le reportage de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes : 

Féminicide : une marche blanche en hommage à Marie-Reine Hoarau

L’homme de 39 ans l’avait tuée de coups de couteau, sous les yeux de trois de leurs cinq enfants, âgés de 12.10, et 4 ans. Il avait d'abord pris la fuite, puis s'était rendu au commissariat. Il a été mis en examen pour homicide volontaire par conjoint et écroué à la prison de Corbas, selon les informations de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes

Une marche blanche qui porte des messages 

Près d’un mois après cette tragédie, la famille a souhaité non seulement rendre un hommage à cette nouvelle victime de violences conjugales, mais aussi faire passer des messages aux autorités. 

La marche blanche a en effet été organisée par l’association “Les Mamas qui déchirent”, mais à la demande de la famille de Marie-Reine. La mère de famille aujourd’hui disparue avait pour habitude de donner de son temps à ce collectif qui aide les personnes dans le besoin, et notamment les mamans.

C’est un moment pacifique, une marche pour ne pas garder le silence, ne pas accepter la violence. Elle porte aussi une interrogation : pourquoi les plaintes restent sans action de la part des autorités ? Marie-Reine avait porté plainte, cette plainte n’a pas été entendue.

Danielle Pierre Fanfan, présidente de l'association "les Mamas qui déchirent"

Selon nos confrères de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, Marie-Reine avait demandé le divorce, après 20 ans de vie commune, et cinq enfants nés de cette union. Le mari violent l'avait déjà menacée.

Une de ses soeurs ne décolère pas. "Les policiers lui ont dit qu'ils ne pouvaient rien faire tant qu'il n'était pas passé à l'acte. Même si c'est que des menaces, il faut qu'ils réagissent quand même", tempêtait Marie Hoareau, interrogée par France 3 Auvergne-Rhône-Alpes. 

Une autre marche à La Réunion le 4 juin

Le cortège s’est donc déplacé samedi après-midi, symboliquement, du domicile de la victime jusqu’au commissariat de Vaulx-en-Velin. “On pense que ça aurait pu être évité s’il y avait des sanctions sévères, ces gens-là réfléchiraient à deux fois avant d’ôter la vie à quelqu’un”, termine Danielle Pierre Fanfan. Selon nos confrères de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, 150 personnes ont répondu présent à cette marche, qui avait aussi pour but d'inciter les mamans à ne plus se taire. 

Une autre marche blanche se tiendra cette fois-ci à La Réunion, à la mémoire de Marie-Reine, le 4 juin prochain, dès 13h à Saint-Paul.