réunion
info locale

Maurice : l'armée indienne va s'installer à Agaléga

océan indien
InfoMap : agalega
Ile d'agalega ©Google Earth
Les grands travaux s'accélèrent sur l'archipel d'Agaléga. Un ponton de débarquement de 60 mètres de long a vu le jour et une piste d'atterrissage de 3 km est en projet. Des travaux qui doivent permettre à l'armée indienne de s'installer. 
À quelques jours de distance, des informations contradictoires peuvent s'entrechoquer. 26 Chagossiens ont été invités, cette semaine, à poser le pied sur la terre de leurs ancêtres. Un voyage émouvant, historique, aux Chagos, pour ces hommes et ces femmes, dont les parents ont été déportés manu-militari en 1979. 

Depuis, l'archipel est devenu une base militaire américaine. Le nom de son île principale, Diego-Garcia, a souvent été évoqué pendant les guerre du Golfe.
 

800 ouvriers sur une île de 300 habitants 


Compte tenu de cette histoire et de ces conséquences, n'est-ce pas contradictoire de vouloir récupérer Les Chagos occupés par l'armée américiane et "d'offrir" Agaléga à l'armée indienne.

Le Mauricien écrit : "une centaine d’ouvriers indiens ont débarqué il y a quelques jours, renforçant ainsi l’effectif de travailleurs étrangers, déjà nombreux, dans l’archipel. Pour l’heure, il y aurait environ 800 travailleurs étrangers, incluant les cadres de la compagnie Afcons". Officiellement, ces travailleurs Indiens construisent simplement une jetée de débarquement de 60 mètres de long et une piste d'atterrissage de 3 km de long et 300 m de large.
 

L'île du Nord est défigurée 


Pourquoi de telles structures sur des îlots qui compte moins de 500 habitants. Ce derniers s'inquiètent d'ailleurs des conséquences des travaux sur l'environnement : "Nou tizil nepli ver… L’Île du Nord est complètement défigurée !".

La réponse est écrite noir sur blanc dans Wikipédia : "Début 2018, d'après des médias indiens, l'Inde aurait obtenu l'autorisation du gouvernement mauricien pour installer sur l'île une base militaire", qui précise : "D'après le gouvernement mauricien, il ne s'agit que d'un accord pour prolonger la piste d'atterrissage de l'île et offrir des facilités militaires à l'armée indienne".
Publicité