Maurice-Covid : un nourrisson rodriguais testé positif

santé
Hopital Sir Ramgoolam île Maurice août 2021
©Capture d'écran L'Express de Maurice
Un bébé rodriguais de 9 mois, testé positif, a été pris en charge au Sir Seewoosagur Ramgoolam National Hospital. La famille du chérubin a été soumise à des tests PCR. Tous sont négatifs. Des médecins mauriciens s'interrogent, désormais, sur la possibilité d'atteindre l'immunité collective.

Un bébé rodriguais de 9 mois, qui devait subir une intervention chirurgicale à l'île Maurice, ce mardi, a été testé positif Covid à son arrivée à l'hôpital Victoria de Candos, nous apprend Défimédia. Quelques heures plus tard, un nouveau contrôle était lui négatif. Le doute étant trop important, le chirurgien a préféré retarder l'opération. Mercredi matin, les soignants ont effectué un test PCR. Celui-ci était positif. L'équipe médicale a, alors, décidé de transférer le nourrisson au Sir Seewoosagur Ramgoolam National Hospital. Cet établissement dispose d'un centre de traitement, précise Le Mauricien.

Le petit malade soulève une foule de questions sans réponse. Où a-t-il été contaminé ? Par qui ? A-t-il contracté le virus à l'île Maurice ou à Rodrigues ? Est-ce pendant son transfert ? 

Préventivement, les autorités rodriguaises ont demandé à la population de renforcer les gestes barrières. Les huit tests PCR effectués dans la famille du bébé sont négatifs.

Un gouvernement d'unité nationale était-il possible ?

 

L'île Maurice est confrontée à une explosion de tests positifs, malgré la vaste campagne de vaccination qui a été lancée au début du mois de mars 2021. La situation épidémiologique est préoccupante, mais moins que l'avenir économique. Pour répondre aux attentes des citoyens et les urgences matérielles de familles qui survivent depuis plus d'un an, sans salaire, sans emploi et sans espoir, la constitution d'un gouvernement d'union nationale est évoquée. 

L'idée est séduisante, en ces temps difficiles, mais elle ne soulève pas un enthousisame débordant dans l'opposition. Les leadeurs des partis concernés ne souhaitent pas collaborer avec le Premier ministre. Les réactions recueillies par L'Express de Maurice ne laisse pas de place au moindre doute : 

  • Ajay Gunness, numéro deux du Mouvement militant mauricien (MMM) : "Avec tous ces cas de corruption et ces scandales, vous pensez que le MMM peut être d’accord avec un gouvernement d’unité nationale ?".
  • Arvin Boolell, chef de file du PTr au Parlement explique qu'il avait soumis l'idée à Pravind Jugnauth, dès le début de la pandémie : "il s’est montré réticent et m’a dit qu’il ne peut travailler avec telle ou telle personne. Aujourd’hui, on veut parler d’un gouvernement d’unité nationale...".

"L'immunité collective serait un mythe"

 

Au début des campagnes vaccinales dans le monde, l'immunité collective devait être atteinte quand 70% de la population serait vaccinée. Aujourd'hui, on parle de 90%, voire jamais. Sur le site de Ion News le Dr Veyasen Pyneeandee, gynécologue et obstétricien, a des doutes quant à la possibilité d’atteindre l’immunité collective. Selon ce dernier, l’immunité collective pourrait être un "mythe".

Le médecin mauricien n'est pas le seul dans le monde à s'inquiéter de la multiplication des variants. Une Bangladaise testée positive à sa descente d'avion à Dacca a été infectée en provenance de l'île sœur par le variant mauricien. 

Cette découverte a semé la confusion chez nos voisins. Depuis, les services de Santé estiment que la majorité des nouveaux cas seraient dus à ce virus mutant. Les vaccins seraient moins efficaces contre des nouvelles souches virales d'où les interrogations du praticien.